En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« Filmer au reflex ? Bientôt une avalanche d'accessoires... | Accueil | Guide des reflex Full frame (4/6), Nikon D700 »

jeu. 30 oct 2008

Guide des reflex Full frame (2/6), Canon EOS 5D

Voici la seconde partie de notre dossier sur les reflex Full frame. On commence avec le classique de la série : l'indémodable Canon EOS 5D première version. Vous retrouverez (bientôt) la suite par ici :

 


Le Canon EOS 5D : 13 megapixels à partir de 1400 €

Il restera un classique, presque une légende... Lancé le 22 août 2005 aux alentours de 3200 € en France, il fut le premier full frame financièrement accessible et resta seul à occuper ce créneau pendant 3 ans. Une éternité !

EOS_5D Le Canon EOS 5D est le boîtier Full-frame qui fut le plus vendu jusqu'à présent... Et qui reste le moins cher du marché (nous sommes le 1er nov 2008). Pour beaucoup de photographes, il est donc le seul moyen d’accéder à photo full frame sans se ruiner. Un excellent boîtier qu'il ne faut pas négliger (dont j'avais déjà parlé ici, ici, ici)...



Les atouts du Canon EOS 5D :

Le prix : On trouve des EOS 5D en fin de série sur Internet (s’il en reste encore) à partir de 1400 €… Depuis septembre, la cote de l’occasion fait le yoyo entre 1200 et 1400 € pour un modèle en bon état (la tendance reste au vert). On en trouve autour de 1000 € en cherchant bien (le mien par exemple). Cette cote ne s’effondrera pas de sitôt je pense, car ce modèle reste unique sur le marché et il faudra attendre longtemps encore (1 an ou plus) avant que suffisamment d’EOS 5D Mk2, de D700 ou d’Alpha 900 ne pointent le bout de leur prisme en occasion.

La gamme optique Canon : Sans discussions possibles, la gamme EF est la plus complète et la plus attractive du marché grâce à de nombreux modèles experts USM excellents et relativement peu coûteux… Une gamme attractive aussi, grâce à nombre d’optiques professionnelles (série L), très pointues et de très haut niveau. Enfin, depuis le lancement du système EOS en 1987, l’offre disponible en occasion est tout simplement énorme.

Dpreview_bruit_5d La qualité d’image : le capteur CMOS du 5D avait fait sensation à l’époque et fut salué par la presse comme produisant une des meilleures images du marché, avec une exceptionnelle maîtrise du bruit numérique. On a certes fait encore mieux depuis, mais il vous en coûtera deux fois plus cher. L’EOS 5D n’est donc pas trop démodé en cette fin 2008, ses images nécessitent juste un petit post traitement du côté des poussières. Il est d'ailleurs instructif d'aller chez DPreview ici et , comparer les résultats de l'EOS 5D face à l'Alpha 900, au D700 et à l'EOS 1Ds mk3.

Le traitement se fait certes sur 12 bits, mais personnellement je n’ai jamais réussi à voir concrètement la différence avec le traitement sur 14 bits théoriquement plus performant (j’ai pourtant fait de nombreuses expériences avec le Nikon D300 qui offre les deux options, mais il me faudra faire d’autres test). Dernier détail, les Styles d’image Canon sont présents sur ce modèle, qui fut le tout premier à en disposer (important pour ceux qui travaillent directement en JPEG).

Capteur raisonnable de 13 megapixels : Avec ses fichiers pas trop lourds (codés sur 12 bits au lieu de 14), l’EOS 5D est une solution intéressante pour tous ceux qui ne possèdent pas d’équipement informatique dernier cri. Il faut en effet de l’espace disque et de la RAM pour « remuer » les dizaines de gigaoctets produits par les capteurs géants de 21 ou 24 megapixels. L’investissement informatique doit suivre l’escalade des megapixels… D’ailleurs le Nikon D700 est resté sagement à 12 megapixels, ce qui réjouit pas mal de photographes pas trop enthousiasmés par la « course aux armements » informatique.

La question de la qualité des optiques : D’une manière générale tous les reflex full-frame nécessitent l’utilisation d’optique de très haute qualité pour exploiter leurs grands capteurs… Sans quoi ça ne pardonne pas dans les angles, avec des aberrations chromatiques visibles et une mollesse certaine à grande ouverture. L’EOS 5D ne fait pas exception à la règle, mais la question est moins critique qu’avec les derniers capteurs géants Canon et Sony (respectivement de 21 et 24 megapixels). Une raisons de plus qui fait de l’EOS 5D un compromis intéressant pour ceux qui n’ont pas forcément les moyens de renouveler leur parc optique.

Autofocus performant grâce aux optiques EF USM : on peut globalement considérer l’EOS 5D comme une très bonne affaire dans ce domaine (par rapport à son prix). La spécificité de Canon est d’avoir mis le paquet depuis longtemps sur la motorisation Ultra Sonic, qui autorise la retouche manuelle du point… Avec les optiques USM, l’autofocus de l’EOS 5D est très efficace, rapide, silencieux et précis y compris en basse lumière. Comme le système AF n’a - quasiment - pas évolué sur le nouvel EOS 5D mk2, on peut considérer que vous en aurez pour votre argent en optant pour un EOS 5D de première génération !

Contrairement à la gamme EOS 50D, l’autofocus est ici aidé par six collimateurs invisibles (au centre) qui appuient efficacement le travail du collimateur central. On regrette toutefois que les 9 collimateurs soient autant regroupés au centre de l’image (le système AF est originaire de la série EOS 20D à petit capteur APS-C). Mais toutes les marques sont malheureusement un peu logées à la même enseigne…

Batteries BP-511 : l’EOS 5D partage les mêmes batteries et chargeurs que les EOS 50D, 40D, 30D, 20D (reflex à petits capteurs APS-C) avec lesquels il est extraordinairement complémentaire (relire l’introduction)… Sans oublier le disque autonome videur de carte, Canon M80.



Les désavantages du Canon EOS 5D :

L’absence de dispositif anti-poussière : mine de rien on s’y est habitué doucement sur tous les boîtiers (y compris professionnels). Et cela devient de moins en moins amusant de nettoyer son capteur une ou deux fois par an, ou plus selon l’utilisation. Rien de rédhibitoire toutefois pour les passionnés.

L’écran 3’’ de 123.000 pixels : dire qu’au début (voyage aux Philippines), il me paraissait gigantesque et très lumineux. Il semble dépassé aujourd’hui ! Mais relativisons, cela n’est gênant qu’en extérieur par beau temps. Et comme il n’est pas question de Live View, ni de vidéo sur le 5D, ce n’est pas si grave.

La cadence de 3 im/sec : une cadence un peu limité pour le reportage. Et en retrait de ce qui se fait 3 ans plus tard, notamment face aux 5 im/sec du Sony Alpha 900 et aux 8 im/sec du Nikon D700. On regrette d’autant plus que son successeur le 5D mk2 n’ai que très peu progressé sur ce plan : seulement 3,9 im/sec… En même temps on peut faire tellement de choses à 3im/sec.

Pas de visée Live : ce n’était pas encore d’actualité à l’époque de l’EOS 5D. Personnellement je ne l’utilise jamais, mais certains y ont pris goût, notamment en studio et en macro…

Pas de vidéo HD : on n’osait pas en rêver, il y a trois ans ! Un gadget sympathique qui va faire des adeptes chez les amateurs, mais aussi chez les professionnels heureux d’avoir cette possibilité « au cas où ».

Pas de flash embarqué : quel dommage ! Un petit flash embarqué rend de tels services... Mais on le pardonne bien volontiers à l’EOS 5D, en regard de son prix serré actuel !

Incompatible avec les optiques EF-S : Contrairement au Sony Alpha 900 et au Nikon D700, les full-frame Canon n’offrent pas de fonction de recadrage et ne sont donc pas compatibles avec les optiques EF-S prévues pour les petits capteurs APS-C (coefficient de x1.6 chez Canon).

Pas d’ajustement fin de l’AF des optiques : La définition des reflex de nouvelle génération (au-delà de 15 megapixels) rend appréciable un réglage fin de l’AF de certains objectifs. Notamment les plus anciens… Cette fonctionnalité n’est pas proposée sur l’EOS 5D, sans que ce soit vraiment problématique.

Pas de correction du vignettage ni des aberrations chromatiques : ce n’est pas un gadget pour tous ceux qui travaillent en JPEG (lire le chapitre sur l’EOS 5D mk2 qui inaugure cette fonction). Pas de correction des aberrations chromatiques non plus (franges colorées). Seul Nikon applique à ces derniers modèles une telle correction dont les résultats sont époustouflants ! Mais il reste possible de faire tout ça en RAW dans votre logiciel de traitement sur l’ordinateur…

L’ergonomie a un peu vieilli : rien de dramatique car elle était excellente… Toutefois de nombreuses petites innovations nous permettent de constater les progrès réalisés en trois ans. En vrac : pas d’affichage de la sensibilité ISO dans le viseur (sauf durant son réglage). Pas de réglage de sensibilité ISO automatique. Les menus déroulant sont à ancienne formule. Pas de menu personnalisable. Pas de mode user C1, C2. Pas d’écran Quick Control (façon Olympus). Pas de quadrillage optionnel dans le viseur (ça c’est exclusivité Nikon). Etc.

Pas de pilotage à distance des flash : dommage, il faudra acheter pour cela un coûteux boîtier ST-E2. C’était encore acceptable en 2005, mais c’est devenu scandaleux en 2008 alors que toutes les marques - sauf Canon étrangement - proposent cette fonctionnalité.

 


La suite par ici :

 

 

 


Lire aussi à propos de Canon :

  • Canon S90 et viseur externe, l'astuce qui tue !
  • Deux petits accessoires utiles pour le Canon S90.
  • Test terrain : Canon G10 au Costa Rica (en attendant le G11).

 

 


 

Par VIBERT dans 00 - A RELIRE CET ETE (BEST OF) , 00 - COUPS DE COEUR , 80 - APN : Canon | Permalink | Commentaires (19)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef010535c35a46970c

Listed below are links to weblogs that reference Guide des reflex Full frame (2/6), Canon EOS 5D:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM