En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« DxO Optics Pro 6.2 arrivera sur Mac le 10 mai (oups) ! | Accueil | Je suis totalement 200% fan du côté obscur ! »

mer. 05 mai 2010

Le pinceau d'Aperture crée des masques tif...

On avait cru depuis la sortie d'Aperture 3, qu'Apple avait fait une croix sur la conversion en tiff, qui était nécessaire au plug-in "Dodge and burn" d'Aperture 2, pour utiliser l'outil pinceau (relire cet article qui détail le pourquoi et le comment du problème).

Et bien ce n'est pas si simple ! Et je suis fort désolé de le découvrir... Apple n'a semble-t-il toujours pas réussi à créer un outil pinceau, qui soit totalement indépendant des pixels et ne repose que sur la description mathématique de zones de travail, comme savent le faire Lightroom et Nikon Capture NX depuis leurs versions 2.

Lmasques_Aperture_3c

Dommage, car ce pinceau d'Aperture 3 est parfois vraiment très plaisant à utiliser par son aspect (l'outil flou est génial), sinon très pratique lorsque l'on veut revenir ajuster des réglages... Mais là n'est pas l'objet de cet article.

Lmasques_Aperture_3d En effet : en fouillant dans la librairie d'Aperture (que vous pouvez explorer facilement grâce à un clic droit "Afficher le contenu du paquet"), vous y découvrirez comme moi, des masques en format .tif correspondant à tous vos coups de pinceaux. Sur les captures ci-dessus et ci-contre, vous remarquerez le mot "toto" et un point d'interrogation, que j'ai dessiné au pinceau sur une photo JPEG du port de Hong Kong ! Vous repérerez aussi le masque crée pour sélectionner le ciel et un autre pour les buildings...

Pas cool ça... Car au final, utiliser des calques en .tif (des pixels) pour décrire des zones d'ajustement locale, pèse un peu plus lourd et me semble contredire la vocation initiale de cet outil : à savoir travailler léger, de façon non destructive, en se passant de tout enregistrement pixels par pixels...

Le pire de l'affaire c'est que si vous réinitialisez l'image : il semble bien que ces fichiers .tiff ne soient jamais supprimés (même après avoir quitté l'application) et continuent d'alourdir votre "Aperture library"...

J'ai ainsi fait une expérience, en réalisant six petits ajustements au pinceau et en ré-initialisant l'image totalement après chaque coup de pinceau, comme le font tous les photographes qui recherchent parfois longuement quel effet est le meilleur... Et bien vous pourrez constater que les six masques s'accumulent dans le dossier Mask.

Ils pèsent au total 3,4 Mo environ... plus lourd que l'image d'origine : un JPEG de 3,2 Mo. Et je n'ai pas fait plus de six coups de pinceau... A ce compte là, mieux vaut ouvrir l'image dans Photoshop, ou l'on possède des outils autrement plus puissants s'il s'agit de simplement "remuer" des pixels.

Lmasques_Aperture_3b
J'ai ensuite fait une autre expérience en créant une Librairie Aperture nouvelle et ne contenant qu'une seule images (toujours le même JPEG de 3,2 Mo)... J'ai crée aussi un catalogue LR2 contenant la même image. Et j'ai commencé à enchaîner les manipulations au pinceau, les mêmes sur les deux logiciels.

0000_screencopy_JFV_ 42 Au bout d'une quinzaine de coups de pinceaux, d'essais et de corrections, la librairie Aperture pesait dans les 12,7 Mo (comprenant le JPEG de 3,2 Mo). Quasiment le double du catalogue Lightroom (6,5 Mo JPEG compris)... Ceci à cause des masque .tiff. Je suppose qu'à long terme cette différence peut coûter cher en disques durs, si vous appliquez des ajustement locaux à beaucoup d'images.

La description mathématique des ajustement localisés me semble infiniment plus intéressante. Elle permet par exemple ceci : Lightroom est capable lorsque vous avez appliqué des coups de pinceaux, de déformer ceux-ci en même temps que l'image, lorsque vous appliquez ensuite une correction de distortion, ou un redressement de perspective... C'est avouez-le, plutôt impressionnant : les ajustements locaux au pinceau "suivent" les corrections géométriques et l'on peut continuer à les ajuster...

Lmasques_Aperture_3e Les programmeurs d'Aperture devraient une fois de plus retourner à leur études et tenter de nous pondre un vrai outil pinceau, sachant se passer de masques en tiff (une béquille que je crois être plutôt encombrante), ainsi qu'un outil filtre gradué (inexplicablement absent d'Aperture et pourtant si indispensable pour gérer le ciel et les premiers plans)... 

Sans oublier les corrections géométriques des optiques et des perspectives (ou même accessoirement une traduction décente en Français pour l'outil "Dodge"... bon la je taquine). A part ça, j'ai découvert beaucoup de choses intéressantes dans Aperture 3 qui a fait de remarquables progrès...

Logoaperture_rond_2

Reste que je trouve toujours ce logiciel trop lent à utiliser : l'ergonomie ne me convient pas et je ne trouve jamais les solutions que j'aimerais trouver si simplement sous le clic droit. Un exemple tout con (et bien représentatif des énervements que me procure Aperture) : qui peux me dire comment afficher les extensions de fichiers des noms des images (indispensable lorsque l'on a des JPEG et de RAW mélangés dans un dossier). Cela devrait être évident ! Et bien cela ne l'est pas...

Par VIBERT dans 00 - COUPS DE COEUR , 90 - LOGICIEL : Apple Aperture | Permalink | Commentaires (24)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef0133ed23481a970b

Listed below are links to weblogs that reference Le pinceau d'Aperture crée des masques tif...:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM