Drapo_a_menu READ MACANDPHOTO.COM IN ENGLISH

Accès direct :

-> L'Anti Spam typepad posant problème, certains commentaires nécessitent ma validation avant publication (quelques minutes à quelques heures). Merci de vous identifier (ici par exemple) avant de poster, ça facilite les choses. En cas de soucis me contacter.



« On refait le match, Aperture 3 face à Lightroom 3 (part 2) | Accueil | Canon prépare aussi son micro reflex (peut-être avec miroir) »

lun. 19 juil 2010

On refait le match, Aperture 3 face à Lightroom 3 (part 3)

Suite et fin de notre étude comparative de Lightroom 3 et Aperture 3. Évidement elle ne saurait être exhaustive, vu la richesse de ces deux logiciels. J'ai toutefois essayé de passer en revue les points les qui me semblent les plus vitaux.

Dans la partie 2, j'avais sévèrement critiqué la Bibliothèque d'Aperture et l'absence totale d'affichage et de gestion des dossiers "physique" des disques durs (rédhibitoire pour moi et pas mal d'autres). Ce qui avait provoqué d'intéressants échanges. 

Dans cette troisième partie Aperture est en meilleure position et nous ferons le bilan des "plus" et des "moins" en fin d'article. Je vous invité d'ailleurs à compléter mes conclusions. Je n'ai pas trouvé d'étude aussi complète sur le net, si vous en connaissez pointez des liens en commentaires

 

 


 

Gestion des vidéos et intégration : avantage Aperture

Avantage pour Aperture : pour l'import et l'affichage de vidéos, que l’on peut retrouver ensuite dans iMovie. Les vidéos peuvent êtres éditées par iMovie, ce que l’on retrouve dans Aperture… C'est génial. On peut également mélanger photos et vidéos dans les diaporamas ce que ne sait pas faire Lightroom. L'intégration avec les autres logiciels d'Apple est évidement la grande force d'Aperture et la plus évidente des bonnes raisons de l'adopter.

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-16 à 16.42.44

Aperture à le bon goût de nous proposer davantage de "preset d'exports vidéo" que Lightroom, qui est un peu trop léger de ce côté-là... Autre petite fonction amusante : il est facile d’extraire un petit fichier JPEG d’une vidéo (en Full HD, cela Assurera au moins un 1920 par 1080 pixels, ce qui commence à être imprimable).

Malheureusement, une fois ce JPEG généré, si vopus étiez dans un Album au lieux d’un dossier : impossible de le retrouver facilement dans la bibliothèque (faute de lien sous le clic droit comme nous l'expliquions plus haut)… Il vous faudra retourner "à la main" dans le dossier contenant la vidéo et trier les fichiers par nom (le JPEG extrait porte le même nom, attention donc si vous n'avez pas configuré l’affichage de l’extension de fichier).

  

 

Options et fonctions d'affichage : avantage Aperture !

Pour la première fois un logiciel de traitement RAW offre la possibilité de zoomer précisément à tous les pourcentages de 25 à 1000% : Aperture 3 fait donc beaucoup mieux que LR2, Nikon Capture NX2 et tous les autres que j’ai pu essayer, bravo.

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-16 à 16.52.51
Ceci est d’autant plus intéressant que vous percevez le renforcement de la netteté de l’image en temps réel en permanence à tous les facteurs de zoom. C’est impressionnants et unique à ma connaissance, Apple a développé un superbe moteur d’affichage (les promesses des versions précédentes sont enfin tenues).

Je trouve donc un peu dommage que l’accès à ces facteurs de zoom ne soit pas très pratique, ce qui gâche un peu la fête (l'ergonomie d'Aperture ne s'appréhende pas souvent du premier coup d'oeil). Il est conseillé d’apprendre le raccourci « z » (comme Zoom). C'est un peu confus pour la plupart d’entre nous, qui sont habitués depuis des années à tapper « Cmd + » et « Cmd - »... Dans Photoshop, mais aussi dans Safari ou Firefox. Cela aurait été trop simple !

De plus, sur le clavier de mon Macbook Pro je n’ai pas trouvé immédiatement un raccourci pour piloter cet intéressant zoom progressif (ni sur les claviers Apple sans pavé numérique d’ailleurs). Il faut utiliser "Cmd et roulette de la souris" (glisser deux doigts sur le trakpad). Cela permet de zoomer rapidement sur la zone pointée par la souris… Sinon, vous devrez utiliser le mini navigateur dans le quel on peut taper une valeur, ou glisser le curseur à la souris (navigateur que je n’ai pas su masquer, ni déplacer c'est fort dommage)… 

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-16 à 17.08.21Du coup, on découvre que (comme dans Lightroom), la touche "Maj et roulette" assure un défilement horizontal. Alors que "Alt et roulette" pilote le défilement vertical (comme dans Lightroom). Parfait...

L’affichage à la demande des collimateurs AF du boîtier, est tout simplement génial sur Aperture. Surtout lorsqu’on a des modèles très variés en photothèque (Nikon D300, Canon EOS 7D, ou comme sur cette image de droite : Nikon D3x)… Je rêve de retrouver ça dans Lightroom un de ces jours (ça ne doit pas être si compliqué).

L’affichage est globalement très rapide dans Aperture 3, grâce à l’aperçu rapide (raccourci m). Une innovation arrivée avec Aperture 2, fortement inspirée des aperçus de Lightroom 1, puis quelque peu améliorée par Apple.

Le navigateur plein écran d'Aperture est bien pratique et manque à Lightroom. Il est par défaut sur fond noir, mais on peut heureusement le personnaliser du blanc au noir dans les Préférences (j'aurais préféré un petit clic-droit avec des options d’affichage). 

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-17 à 18.17.28

J’ai noté une étrangeté : une fois le mode plein écran activé, il est impossible d’utiliser le raccourci Cmd Tab pour passer d’une application à l’autre ! Il faut obligatoirement taper sur la touche Escape pour sortir du Mode plein écran (étrange mais sans importance, avez-vous noté cela aussi ?).

Je ne détaillerais pas les options d'affichage de Lightroom, qui me conviennent bien globalement, même si Aperture a pris un peu d'avance en la matière... Lightroom s'en sort bien, notamment depuis que l'affichage de la netteté est disponible à tous les facteurs de zoom (Lightrom 3). Cela change la vie de vérifier ses images à 50% en développement (l'affichage 100% reste utile, mais est bien trop gros pour évaluer la netteté de la majorité des images destinées à être imprimée en moins de A3.

L'affichage double écran de Lightroom fait jeux égale avec Aperture (avec un Mac puissant). Lightroom conserve l'avantage de son fameux "clic-zoom-avant", si rapide et agréable, que je trouve plus pratique que le raccourci z d'Aperture.

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-16 à 17.05.02

On aimerait donc bien disposer d'un tel système dans Aperture... D'autant qu'il existe l'équivalent dans l'iPhone et sur l'iPad, sous forme de "double-clic-zoom-avant".

On peut donc conclure à une sorte de match nul pour l'affichage, avec de très bonnes choses dans les deux logiciels qui sont largement en avance sur tous leurs concurrents actuels.

 

 


 

Méta données : Aperture toujours en retard

Aperture était en retard, et reste en retard... En dépits de quelques progrès du côté des mots-clefs (IPTC Core et coordonnées du photographe). Mais ces améliorations ont été faites "un peu vite" avec parfois des intiltulés de champs qui sont toujours en anglais : « Caption only » au lieu de « Légende seulement »… C'est un peu moyen et cela a pris tout de même deux ans, entre la V2 et la V3.

Malheureusement tout se gâte en lisant ce long article de référence en Anglais : "Apple Aperture 3 Metadata Issues", qui détail certains progrès... Mais surtout les problèmes que la gestion des méta données d'Aperture 3 continue de poser aux professionnel. Tout aussi rédhibitoire selon moi que l'absence de gestion des dossiers évoquée précédemment dans la partie 2.

Un détail : comme feu iView Media Pro, Aperture vous propose d’utiliser (éventuellement) des champs personnalisés. Ce que je déconseille, sauf si vous souhaitez masquer certaines infos dans les images que vous communiquez. Inutile mais disponible... Lightroom n’offre pas ce raffinement, mais vous pourrez utiliser des champs classiques, par exemple Mot-clefs (que vous taguerez "ne pas exporter"). D'une façon générale, je recommande de fuir tout système propriétaire et fermé : on le regrette toujours tôt ou tard.

La personnalisation de l’affichage des meta données (que vous souhaitez) est performante. Par contre les palettes de filtres (recherche croisées) sont nettement moins impressionnantes que le génial affichage en cascade apparu avec LR2, qui ne connait aucune concurrence et qui a encore progressé en V3.

 

Aperture n'offre pas de possibilité de remplacer les données exifs (pour tricher et faire croire que vous travaillez avec un reflex pro) : pas mieux que Lightroom donc. Il faudra pour cela continuer d’utiliser un petit logiciel spécialisé.

Aperture écrit ses meta données directement « dans » les fichiers, y compris les ajustements. Une prouesse que seul iView Media Pro avait tenté jusque là… Mais est-ce vraiment une si bonne idée ? Je préfère personnellement que mes fichiers restent absolument intactes et que toutes modifications soit inscrites dans un fichier séparé (question de flexibilité et de sécurité) : avantage Lightroom donc. Dans certains situations, les .xmp permettent de faire des sauvegarde extrêmement légères de vos ajustements (quelques lignes de texte ne pesant quelques Ko, ce qui évite de copier des dizaines de Mo).

Ensuite, il faut bien connaitre l'utilisation des meta données de Lightroom (c'est mon métier) pour prendre la mesure de son énorme avance sur Aperture en la matière... Le sujet est bien trop long pour être développé ici (et je garde ça pour mes élèves ;-) Je ne citerais rapidement qu'un seul atout majeur de Lightroom : l'organisation des mot-clefs hiérarchiques et des synonymes. Imbattable et très intuitive.




 

Visage et lieux : exclusivité Aperture... propriétaire à la Bibliothèque

Les fonctionnalités lieux et Visage sont un des avantages notables d’Aperture face à ses concurrents, d’autant plus qu’ils sont bien servis par la légendaire intégration avec le reste des applications Apple… 

Intégration qui séduira surtout les utilisateurs débutants. Généralement, les débrouillés et les experts restant pourtant indifférents à cet aspect séduisant de l’environnement Apple (la configuration pointue des Paramètres prédéfinis d’export de Lightroom les intéresse certainement davantage).

Toujours est-il que lorsque vous tapez vos premiers noms et que le logiciel vous propose de compléter avec les noms trouvés dans votre carnet d’adresse, vous êtes assez bluffés. Toutefois, ces deux fonctions restent assez gourmandes et ralentissent les Mac peu puissants.

Pratique également lorsque le logiciel vous propose une liste d’images ou se trouve probablement un visage connu. C’est une fonction qui deviendra peut-être courante dans un avenir proche sur tout logiciel de classement photo… Et d’ici quelques années tous les pro l’adopteront, comme ils l’ont fait avec l’Autofocus (après l’avoir dans un premier temps dédaigné). Mais il faudrait pour cela que les champs Visages utilisent des champs IPTC normés et ouverts (pas le cas d'Aperture).

Les meta données Visage restent dans la Bibliothèque Aperture et ne peuvent être embarquées dans les fichiers. Ce qui empêche de les exploiter avec d'autres logiciels. Un système fermé donc, dont se méfieront les professionnels.

Il est dommage de ne pas profiter d’une présentation plus professionnelle de la fonction Visages, avec par exemple des icônes plus petites et une personnalisation plus avancée de l’interface… Il manque aussi la possibilité de basculer tous ces noms dans les champs « mot-clefs » ou « Personnes » à la demande.

Ceci d'autant que l'interaction des deux logiciels est en progrès avec Flickr, Youtube, Mobile me, Facebook, Photoshelter et d'autres (à venir)... Mais je n'aborderais pas cet aspect des choses dans cet article, car il existe de nombreuses façons rapides d'uploader ses photos sur ces services. Avantage toutefois aux publish Services de Lightroom dans ce domaine.




 

Module Développement : match nul ?

La question de la qualité du développement est trop subjective pour être discutée point à point. Je trouve le rendu coloré d'Aperture superbe, j'apprécie par exemple le rendu très subtile de l'outil flou... 

Mais le rendu de Lightroom a beaucoup progressé lui aussi (Lightroom 2 était en retard avec un développement parfois grossier). Lightroom conserve l'avantage des Camera profile qui permettent d'imiter plutôt fidèlement le "rendu coloré" de Nikon Capture NX ou Canon DPP... Bref ce sera à chacun de se faire son opinion. Je déclare arbitrairement un point partout, balle au centre.

Un blâme pour Aperture, qui ne propose toujours pas d'historique, ni d'étapes d'historique en développement. Je trouve cela utile lorsque l'on travail en lot en appliquant des ensembles de paramètres sur des dizaines d'images : il arrive que sur certaines, il faille ponctuellement faire marche arrière. L'historique est alors bien plus pratique que d'aller chercher les paramètres qui ont été modifiés. 

A noter l’arrivée dans Aperture (bien longtemps après Lightroom) d'un outil Courbe... Courbe que finalement je n'utilise pas beaucoup dans LR (on a d'autres moyens d'action plus subtiles), alors que dans Photoshop je ne pouvais m'en passer.

Arrivée également de la correction des aberrations chromatiques dans Aperture, qui était étonnamment absente de la version 2.  Tout vient à point pour qui sait attendre ! Et dieu sait que les utilisateurs d'Aperture furent patients sur ce point vital (bien plus important que les courbes).

Dans le même temps Lightroom permet la correction d'aberrations chromatique manuelle (depuis la V1). Mais aussi automatiquement, grâce aux nouveaux profiles d'objectifs (même l'objectif de l'iPhone est pris en compte ;-) Profiles qu'il est possible de développer sois-même et que certains fabricants comme Sigma ont décidé de développer et mettre à notre disposition. Ce nouvel aspect des choses est absolument génial et me fait gagner beaucoup de temps. Un atout majeur et totalement nouveau pour Lightroom.

N'oublions pas d'évoquer la modification des paramètres de développement par défaut de Lightroom. Que je personnalise boîtiers par boîtiers... On peut même la personnaliser par valeurs ISO (seulement si l'on est très très manique)... Paramètres par défaut qui peuvent intégrer les camera Profile, en vue de retrouver (relativement fidèlement), le rendu de Nikon Capture NX ou de Canon DPP.

Souvent je crée un preset pour tel ou tel nouveau boîtier (notamment en tenant compte de sa capacité à encaisser l'accentuation), puis je décide de l'appliquer "par défaut", à la place du développement standard proposé par Adobe.

 

 


 

Gestion des paramètres personnalisés : avantage Lightroom

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-17 à 17.53.20Aperture propose enfin de mémoriser des paramètres prédéfinis de développement. Il était plus que temps ! Alors que l'on profite de ce raffinement depuis Lightroom 1 (des fois on se demande ce que faisait Aperture 2, tant certaines fonction évidentes en étaient absentes)...

Voici à droite l'aspect de la fenêtre de création d'un set de préréglage : on peut décocher un réglage coché, mais pas en ajouter dans cette fenêtre, ça c'est un peu génant, (il faudra cocher à l'avance sur la photo, les réglages que l'on souhaite intégrer)...

Je préfère nettement son équivalent chez Lightroom (image ci-dessous), les spécialistes apprécieront... Avantage Lightroom : notamment pour la facilité avec laquelle on peut mettre à jour (modifier) des préréglages existants en cochant (ou pas), les ajustements que l'on souhaite intégrer au preset.

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-17 à 17.54.04

A noter que dans Aperture, la fenêtre d'aperçu des Paramètre personnalisés, est bien plus sympa que celle de Lightroom. Apple est décidément très fort en design :

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-17 à 18.00.27

 

 


 

Ajustements et retouches localisées : l'élève a-t-il dépassé le maître ?

Aperture ne propose toujours pas de filtres gradués ce que je trouve extrèmement gênant. Plus légers, plus rapides et plus faciles d'utilisation que les pinceaux, je les utilise très souvent et ne pourrais vraiment pas m'en passer. C'est une des choses les plus appréciée, pendant mes cours de Développement sur Lightroom.

Aperture propose enfin un Pinceau non destructif... Et sans création de fichiers Tiff s'il vous plait (que nous dénoncions ici)... Enfin, presque sans tif : relire le récit de cette découverte étonnante : "Le pinceau d'Aperture crée des masques en .tif ". Etonnant... 

0000_screencopy_JFV_ 2010-07-17 à 17.50.00

 

Le pinceau d'Aperture marche très bien et propose plus d'outils que celui de Lightroom (il manque notamment au pinceau de Lightroom un curseur Noirs et Lumière d'appoint. Cependant on peut contourner cela avec une bonne compréhension de Exposition et Luminosité)...

A noter aussi que le pinceau d'Aperture s'applique sur les tons clairs ou les tons foncés, une subtilité inconnue chez Lightroom. 

Toutefois je trouve le pinceau d'Aperture moins intuitif que le pinceau de Lightroom, ou que les U-Points de Capture NX. Il pêche notamment lorsque l'on veut ajouter une seconde série de coup de pinceau sur la précédente : il faut alors dénicher le bouton "ajouter le nouvel ajustement".

Alors que dans Lightroom un simple clic sur le bouton "Nouveau" est suffisant. Même soucis lorsque l'on veut modifier un coup de pinceau précédant : dans Lightroom est tellement plus simple d'aller cliquer sur un des "points de pinceau" précédents, pour révéler leur présence et y accéder facilement.

 

 


 

Impression : le soft proofing absent de Lightroom...

Le soft proofing manque toujours dans Lightroom 3 : une caractéristique très professionnel qui n'intéressera qu'une minorité d'utilisateurs (je m'en passe très bien depuis le début, je ne l'utilisais déjà que très rarement dans Photoshop)... Mais puisque Aperture la propose, Adobe devrait le faire aussi (c'est la demande n°1 des beta testeurs, plutôt rassurant).

Les dialogues d’impression d'Aperture sont toujours très impressionnants (mais il manque la possibilité d’ajouter rapidement un peu de texte "à la volée", comme sait le faire Lightroom 3)… On peut par contre ajouter un logo dans les deux logiciels. L‘ajout de netteté en sortie est dorénavant disponible dans Aperture (un avantage très concret, que possédait déjà Lightroom 2).

Les livres d'Aperture sont de plus en plus impressionnants... Avec des prestataires de très haut niveau (Leather Craftsmen, qui propose des tirages professionnels).

Globalement Lightroom a progressé (avec la possibilité de créer des composites avec plusieurs images), mais Aperture conserve l'avantage grâce à ses livres.

 

 


 

Conclusions... 

Si Aperture 1 et 2 avaient un peu de mal à convaincre face à Lightroom 1 et 2, il se trouve que la troisième édition du logiciel d’Apple se défend beaucoup mieux. Sans toutefois rattraper Lightroom 3 à mon avis. Mais d'autres avis sont possibles, les commentaires sont ouverts...

Lightroom étant resté longtemps en phase de ßeta public, Aperture a peut-être eu le temps de faire quelques adeptes dans l'interval. Mais durant ses 2 ans sans mises à jour (que ce fut long), il est clair qu'Aperture à céder d'importantes parts de marché. Sans oublier le fait qu'Aperture n'existe pas sur PC, ce qui le marginalise.

Si l'on voulait résumer la différence de concept entre les deux logiciels : dans Lightroom, ce sont - en quelque sorte - les photos qui passent de modules en modules (Bibliothèque, Développement, Web, etc...). Alors que dans Aperture, ce sont les Modules qui gravitent autour des photos. Mais au final cela revient complètement au même. Ces deux logiciels se ressemblent de plus en plus au fil des versions, (au fur et à mesure qu'Apple ajoute des fonctions qui existaient dans LR depuis le début, diront les plus méchants)...

Ce qui fait la grosse différence, c'est autre chose. Une ergonomie plus efficace et intuitive dans Lightroom à mon sens (et cela depuis le début). Notamment grâce à la gestion directe des dossier du disque dur (quoiqu'en disent les fan d'Apple)...

Sans oublier la richesse des raccourcis par clic-droit de Lightroom (pour passer des dossiers aux collections par exemple). J'insiste sur le fait que les clic-droits ne nécessitent aucuns apprentissage, contrairement aux raccourcis clavier (dans les V1 et V2 d'Aperture il n'existait quasiment aucuns menus contextuels et tout reposait sur un apprentissage fastidieux de raccourcis claviers. Sous l'influence d'Adobe, Aperture a changé son fusil d'épaule).

Enfin, le nouveau moteur de développement de Lightroom est très convainquant allié aux Camera Profiles, qui permettent depuis la V2 de "retrouver le rendu" de votre reflex dans le logiciel du fabriquant. Tout à fait comparable avec celui d'Apple, qui était meilleur que celui de Lightroom 2.

Quand aux corrections géométriques des optiques : c'est la seconde innovation très marquante (et très remarquée) de cette version 3 de Lightroom. Elle contribue à creuser un peu plus son avance face à Aperture 3.

Tentons maintenant de résumer les plus et les moins de chaque logiciel. Je compléterais et préciserais cette liste grâce à vos remarques et commentaires qui sont bienvenus :

 

Lightroom, les plus :

  • Possibilité d'échanger des Catalogues entre Mac et PC.
  • Export et imports très avancés de toute ou partie des catalogues.
  • Gestion avancées des dossiers en Bibliothèque et catalogage avancé.
  • Sauvegarde des ajustements et meta en .xmp (en plus du catalogue).
  • Compatibilité totale avec ACR et quasi totale avec Adobe Bridge.
  • Excellente gestion des meta données (et preset de meta données).
  • Mot-clef hiérarchiques extraordinairement puissants.
  • Filtres de métadonnées et outils de recherche sans aucune concurrence.
  • Paramétrage très avancé des exports de fichiers.
  • Fenêtre Développement rapide, pour travailler en lot en Bibliothèque.
  • Ergonomie très rigoureuse et riche d'innombrables menus contextuels.
  • Finesse du nouveau moteur de développement (LR3 et ACR6).
  • Traitement fin de la netteté et taitement du bruit en haute sensibilité.
  • Filtres gradués et affichage auto des points de contrôle du pinceau.
  • Ajustement géométrique des optiques (notamment aberration chromatiques).
  • Camera Profiles et possibilité de créer d'autres Camera profiles librement.
  • Personnalisation des paramètres de développement par défaut selon ISO.
  • Effets : grain et vignettage après recadrage.
  • Historique complet conservé (même si l'on quitte le logiciel).
  • Gestion auto de la netteté à l'export selon la taille (export, web, print).
  • Nouvel outil de création de filigranes
  • Exports Web facilement personnalisables et variés (templates sur le web).
  • Publish Services (plus convaincants et plus ouverts que chez Aperture)...
  • Très nombreux plug-in disponibles (pas seulement pour l'export).
  • Très riche communauté d'utilisateurs, nombreux tutoriaux, livres, sites...
  • Programme collaboratif de version Beta publique...
  • Disponible en 12 langues : allemand, anglais, chinois (simplifié et traditionnel), coréen, espagnol, français, italien, japonais, néerlandais, portugais (Brésil) et suédois.

 

 

Lightroom, les moins : 

  • Interface désespérément noire, peu personnalisable.
  • Dialogues d'importation un peu complexes pour les débutants.
  • Pas d'option "Importer depuis iPhoto".
  • Pas de vue plein écran "strictement", pas de palettes flottantes.
  • Pas d'affichage des collimateurs AF.
  • Pas de soft proofing
  • Aucune impression de livres.
  • Pas d'outils de création de raccourcis.
  • Pas d'extraction de JPEG des séquences vidéos.
  • Les séquences vidéo lancées obligatoirement dans un lecteur externe.
 

 

Aperture, les plus :

  • Fenêtre d'importation simplifiée (mieux pour les débutants).
  • Importation et lecture des fichiers pdf ( et oui ! )
  • Rendu colorimétrique par défaut très réussi.
  • Intégration avec d'autres logiciels Apple, avec iPhone et iPad.
  • Fonctions Visage et Lieux (malheureusement propriétaires).
  • Création de champs personnalisés (quoique pas forcément conseillé).
  • Outil de soft proofing.
  • Impression des livres exceptionnelle. 
  • Lecture des vidéo dans l'application.
  • Lecture et intégration de fichiers audio (enregistrés par le reflex).
  • Extraction de JPEG à partir de séquences vidéos.
  • Diaporamas composés de photos et vidéos.
  • Affichage des collimateurs AF.
  • Mode plein écran avec palettes escamotables.
  • Interface en nuances de gris, globalement plus esthétique que Lightroom.
  • Outil de création de raccourcis personnalisés.
  • 100 € moins cher que Lightroom.

 

Aperture, les moins :   

 

  • Gestion des méta données encore discutable (et discutée).
  • Écriture des ajustements et meta données dans les fichiers RAW.
  • Absence totale de gestion des dossiers du disque (création, renommage...)
  • Fonctions de catalogage parfois limités.
  • Fonction d'export et d'import de Bibliothèque encore un peu légères.
  • Poids de la Bibliothèque légèrement plus élevé que Lightroom.
  • Absence totale de filtre gradués (dégradés).
  • Pas de correction géométrique des optiques (auto ou manuelle).
  • Pas de correction des perspectives (verticales ou horizontales).
  • Pas de correction auto des aberrations chromatiques (manuelle seulement).
  • Absence totale d'affichage de l'historique et pas d'étapes d'historique.
  • Support pas assez rapide des nouveaux boîtiers et formats RAW.
  • Absence d'Aperture sur PC, donc communauté d'utilisateurs réduite.
  • Peu de ressources sur net net en Français, peu de livres sur le sujet...
  • Mises à jours trop espacées et absence de programme Beta public.
  • Disponible en 4 langues seulement : anglais, français, allemand et japonais.

 

 


Réflexions complémentaires...

Les retouches localisées des versions 3 de Lightroom et d'Aperture permettent de se passer de Photoshop pour 99% des photos. Ces deux logiciels permettent tellement bien de s'en passer qu'on peut se demander si Adobe n'est pas inquiète d'une certaine "cannibalisation" des ventes de celui-ci.

Une question à relativiser toutefois (d'après mes "sources"). En effet les photographes utilisateurs de Photoshop étaient surtout connus pour "copier" le logiciel ;-) plus que pour l'acheter consciencieusement (si vous voyez ce que je veux dire)... En d'autre terme, le "marché photo" ne pesait pas grand chose dans le chiffre d'affaire du leader de l'image numérique. Aussi étonnant que cela paraisse... Et cela explique pourquoi il a fallut attendre si longtemps pour avoir de bons logiciels conçus pour les photographes.

Désormais, on peut imaginer que les photographes seront en mesure d'acheter Lightroom et Aperture, dont les prix raisonnables de 300 € et 200 € sont plus "à l'échelle" de leur chiffre d'affaire, que ne l'était Photoshop. D'autant que 100% du logiciel leur sera utile, ce qui n'était pas du tout le cas de Photoshop...

Reste à voir si les 100 € qui séparent Aperture 3 et Lightroom 3 peuvent peser dans la balance et séduire un public plus large que les afficionados quelques peu fanatiques de la marque à la pomme ?

 

 


 

Cet article est divisé en trois parties (commencez évidement par lire la première partie ;-)

 

 


Par VIBERT dans 90 - LOGICIEL : Adobe Lightroom , 90 - LOGICIEL : Apple Aperture | Permalink | Commentaires (45)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef0133f25b97b9970b

Listed below are links to weblogs that reference On refait le match, Aperture 3 face à Lightroom 3 (part 3):

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM