En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« septembre 2010 | Accueil | novembre 2010 »

sam. 02 oct 2010

Photojournalisme, un Courriel adressé à 562 députés

Ce soir, je vous propose de lire attentivement le courriel, adressé le 31 septembre 2010 à 562 députés, à l'initiative de Mario Fourmy entouré de quelques collègues photojournalistes indépendants, parmi 2000 autres. Nous vous rappelons que notre catégorie "ACTU : Droits d'auteur", regroupe tout ce qui concerne cette question (liens, actions, pétitions, tribunes, etc...).

" Mesdames et messieurs les Députés,

après Mme Valérie Boyer (UMP) le 08 septembre 2010, c'est Mme Marylise Lebranchu (PS) qui a reçu, le 28 septembre,  quatre photojournalistes indépendants qui mènent une action auprès de vous les parlementaires.

Nous avons eu une réunion avec Mrs Barroy et Peyrègne du Ministère de la Culture et Communication en charge de la photographie au cabinet du Ministre.

Nous avons été invités par France-Inter dans l'émission Service Public d'Isabelle Giordano du 17 septembre, consacrée à la Presse et la photo. Emission où sont intervenues Diane Dufour (agence photo Magnum et Le Bal) et Frédérique Babin (Le Monde Magazine)

D'autres députés nous ont fait part de leur intérêt pour ce sujet (Mme J.Irles, Mr M. Gremetz, Mme N. Ameline, Mme F. Imbert, Mr F. Asensi) et de nouveaux députés souhaitent nous rencontrer (Mr JC Taugourdeau, Mr D. Douillet). D'autres rendez-vous sont prévus avec le Ministère de la Culture et de la Communication.

Les premiers contacts révèlent la méconnaissance totale de notre profession et de notre journalisme à nous les indépendants.

Ils révèlent aussi le délabrement du respect du droit d'auteur. La déferlante des images gratuites ou à bas coûts provenant d'agences peu regardantes sur la destruction d'une profession. Droit d'auteur bafoué pour répondre à des logiques économiques anglo-saxonnes.

Il faut que nous puissions continuer à vous rencontrer pour vous décrire une situation intenable où la plupart des photojournalistes ont perdu 80% de leurs revenus en cinq ans. La grande majorité d'entre nous est sous le niveau des 1000 euros / mois. Sachant que pour certains reportages, un long travail préparatoire de contacts et réperages nous fait travailler sans percevoir un seul euro.

Le travail de post-production est souvent équivalent au temps de reportage (lecture de l'ensemble des documents, choix, traitement des images et légendages+vérifications des informations receuillies). En outre, notre statut de journaliste non salarié ne nous donne droit à aucune aide, pas de droit au chômage et pas, éventuellement, d'accès à une formation (nouveaux logiciels, images type vidéo). Nous sommes moins considérés socialement que les gens du spectacle... Qui, mieux organisés (bloquer un festival comme Avignon est une force pour revendiquer ses ou des droits...), bénéficient de prestations compensatoires. 

De nombreux photojournalistes s'intérrogent  et doutent de leurs compétences. Aucun calendrier de travail ne peut se dessiner pour les prochains mois. L'argent du juste travail ne rentre plus. Nos archives photographiques se meurent face à des pratiques peu repectueuses du citoyen, qui consistent à se fournir sur des bases d'images "fabriquées" à l'étranger. Pour exemple, une brochure éditée par une mutuelle française, avec des "interviews" (vrais ou fausses ?) de sociétaires et illustrés par des portraits issus d'une banque d'image à bas coûts. Portraits produits à l'étranger.

Notre population d'environ 2000 journalistes ne peut plus poursuivre aujourd'hui son activité. La presse est en péril, nous ne sommes que la première ligne à tomber.

Deuxième point de notre combat, la gestion par des groupes anglo-saxons du patrimoine photojournalistique français (30 années de couverture des évènements de la planète). En effet les agences françaises Sygma et Gamma (avec les fonds de Rapho, Jacana, etc.) sont ou vont tomber dans l'escarcelle des Corbis et Getty.

L'AFP travaille déjà en partenariat avec l'agence de presse américaine Getty. L'agence Sipa est pour le moment dans le giron du groupe pharmaceutique Fabre, mais pour combien de temps encore ? Les agences de presse, comme les photojournalistes indépendants, sont exsangues. Leurs vies sont virtuelles.

Il faut à un moment légiférer pour redonner une légitimité à l'ensemble des acteurs du secteur de la presse.

Lire la suite »

Publié par VIBERT dans 70 - CONSEIL : Droits d'auteur | Permalink | Commentaires (25)

ven. 01 oct 2010

A l'époque, ou l'on ne parlait pas encore de Mac...

Steve Wozniak (visitez son site) présente les premiers Apple (ce n'était pas encore des Macintoshs) : petite vidéo amusante pour une fin de semaine... 

  

Publié par VIBERT dans 01 - VU SUR LE NET ! | Permalink | Commentaires (5)

L'AF en vidéo ? Mieux vaut encore s'en passer...

Découvert sur cette page Taïwanaise en Chinois (traduction approximative en Français), cette petite vidéo qui nous donne un avant goût du comportement de l'AF vidéo en continu du Nikon D3100 (je ne sais s'il s'agit d'une présérie de salon, ou d'un modèle définitif).

On constate premièrement que le moteur AF s'entend très bien sur le film, comme avec tous les reflex (sauf les Panasonic G parait-il) qui sont logés à même enseigne. Dommage, car les performances des micro embarqués (bien que mono) sont pourtant assez honnêtes, tant qu'il n'y a pas de vent.

Ensuite on constate que l'AF cherche assez péniblement son sujet, "un coup en avant, un coup en arrière". Et pour finir qu'il peine à suivre le petit train... Mwoaui, on est loin des camescopes et loin d'avoir un AF utilisable à coup-sûr.

Bref, avis à ceux qui veulent profiter de la fantastique qualité d'image vidéo de leur reflex pour se faire plaisir : utiliser ce type d'AF sur un reflex, n'a toujours aucun intérêt en 2011, ni aucun sens... Mieux vaut encore s'en passer, travailler en manuel (avec ISO Auto éventuellement) ! Apprendre les rudiments de l'hyperfocale et quelques principes simples de tournage, qui permettent de se passer finalement plutôt facilement des services de l'AF. En attendant mieux...

Pour mémo, une modeste démonstration en plan séquence (improvisé et non monté) qu'en "fermant d'un cran", l'AF ne sert à rien... Et même, que le micro embarqué ne s'en sort pas si mal ! Nul besoin d'AF pour vous faire plaisir avec votre reflex, éventuellement investissez 400 € dans un minuscule 20 mm f/3.5 et dans un petit micro... (toute l'Asie résumée dans ce sourire et la bande son ;-)

Publié par VIBERT dans 80 - APN : Nikon | Permalink | Commentaires (17)


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM