En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« Panasonic Lumix GX1 dévoilé ! | Accueil | Bug du viseur hybride du Fuji X100, qui peut le confirmer ? »

sam. 29 oct 2011

Fuji X-100 : prometteur… mais raté ! Part 4/4

Multipliant les références à l’histoire glorieuse de la photo, le Fuji X-100 est conçu pour séduire une clientèle cultivée... Mais le retro design suffit-il à lui seul à créer un boîtier efficace ? Nous allons voir qu’après quelques semaines d’essai terrain, la réponse est plus nuancée que les avis dithyrambiques que l’on trouve sur Internet …  

  


...partie 4 (sur 4) :

Ecran fixe et décevant

Voici la dernière partie de notre dossier consacré au Fuji X100... On regrettera l’écran peu défini et désespérément fixe, un écran articulé n’aurait pas forcément nuit à l’esthétique du X-100, ni à sa "philosophie". Pour le prix on méritait au minimum une bascule verticale façon NEX 5n, bien plus pratique.

Par ailleurs, sa résolution plafonne à 460.000 pixels, sans oublier une colorimétrie très différente de celle du viseur… Alors que l’écran articulé au ratio 3/2 d’un « simple » EOS 600D, est réputé juste d’un point de vue colorimétrique (testé par divers sites) et dépasse le million de pixels. C’est juste deux fois plus lisible et confortable ! Cet écran de X-100 n’est tout simplement pas bon : ni au soleil ou il brille. Ni dans les ambiances sombres ou il bave…

 


Bouchon sans clic et pare-soleil trop cher !

0000_screen_ 2011-10-24 à 17.17.42Attention au bouchon d’objectif en aluminium et « intérieur feutre », qui est très beau et s’encastre quasi voluptueusement sur l’objectif…

Mais il lui manque un clic de verrouillage (offert sur le moindre bouchon de reflex bas de gamme). Là, on touche le fond ! Car le risque de chute n’est pas nul, notamment lorsque vous rangez l’appareil dans un grand sac.

Il tient « mollement » en place et ce n’est pas rassurant, car il serait dommage d’abimer une si belle lentille 35 mm… Un défaut de finition impardonnable à ce prix là, encore un détail désolant qui montre que le look prime sur l’efficacité.

0000_screen_ 2011-10-24 à 17.14.11

Il est ensuite dommage que le pare-soleil ne soit pas livré d’origine, tant il s’avère indispensable pour protéger la lentille, lorsqu’on se balade le X-100 négligemment pendu à l’épaule (c'était bien le but non ?)… Le pare-soleil et sa bague d’adaptation coûtent 69 € (soit 7% du prix de l’appareil), c’est bien trop cher.

 

0000_screen_ 2011-10-24 à 17.13.00Il faudra dévisser une bague située à l’avant de l’objectif, puis la ranger précautionneusement pour ne pas la perdre. Ensuite, visser la bague adaptatrice, qui accueille l’élégant pare-soleil ajouré (encore un hommage historique)…

Cette opération qui devrait être banale, s’avère trop longue. On préférerait un pare soleil « tout moche » se fixant en un clic, comme sur n’importe quel reflex de base. On aimerait enfin laisser le pare-soleil à demeure sur l’objectif, autant pour le contraste des images, que pour protéger la lentille. Il faudrait pour cela un bouchon cliquable sur le pare-soleil…

Ajoutez à cela que la prise USB est propriétaire et la coupe est pleine… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Telle est la devise du X-100... Décidément !

 


Fuji X-100 premier ou second boîtier ?

On ne s’attardera pas sur l’encombrant étuis en cuire Quick Shot, accessoire rétro aussi voyant qu’inutile... et venons-en au vrai problème : je ne vois pas quel type de photographe sera comblé par le X-100 ! Car finalement, il n’est pas… pratique. Il constitue un véritable retour en arrière ergonomique.

Et c’est en l’essayant « vraiment », qu’on prend la mesure des progrès qui ont été réalisés depuis les années soixante. Si les reflex et les meilleurs compacts de 2011 ressemblent à ce qu’il sont, ce n’est pas du au hasard ! Mais bien à des impératifs d’usage et d’efficacité : pour faire de meilleures photos plus vite. Car en photo se qui compte c'est de ne pas rater l'action !

DSCF0590_web_1000px

Il n'est parfois pas facile de régler les paramètres rapidement avec le X100. Ce n’est pas pour rien que l’on a inventé les molettes à proximité du pouce et de l’index. La molette de vitesse à l'ancienne ne me convient pas. Un aspect du X-100 qui a davantage été conçu pour frimer aux terrasses des quartiers chics, plutôt que pour ajuster rapidement la vitesse aux impératifs de l’action… Paradoxalement, c’est la quête de « l’instant décisif » chère à Cartier-Bresson, qui pâtira de ce retour aux sources. Pour cette photo j'ai été handicapé par l'absence d'écran articulé... Vitesse 1/1000. Ouverture : f/2,5. Sensibilité 200 ISO.

Quel bonheur de retrouver de bonnes vieilles molettes, idéalement placées sous le pouce ou l’index. Comme celles du Canon G12, bien plus efficaces que les bagues du X-100 (il faut avoir passé quelques mois avec un G12 pour savoir).

Je crois bien que depuis 1959, on n’a rien inventé de plus efficace qu’un reflex pour capturer « l’instant décisif », c'est pour cela que le G12 essaye de se rapprocher de l'ergonomie du reflex (molettes avant et arrière). Et si les meilleurs hybrides, commencent à s’en rapprocher (le Sony Nex-7 par exemple), ils sont encore loin de les égaler… Et le Fuji X-100 en est encore plus loin !

Voilà pourquoi je ne recommanderais le X-100, ni à des amateurs experts, ni à des professionnels, ni à des étudiants en photo. Trop cher, son spectre d’utilisation est trop limité et trop spécifique… Je ne le recommanderais pas comme boîtier principal, car travailler au 35 mm relève d’une « ascèse photographique », à laquelle seuls  quelques « puristes » sont prêts à se soumettre au quotidien.

Le X-100 est également trop gros pour faire un « second boîtier », même s’il est plus compact qu’un Leica M9. Dans le rôle de second boîtier, je lui préfère un minuscule Canon S100 avec son 24-120 mm, ou un Canon G12 mieux équipé…

Posséder un X-100, implique de posséder aussi un autre boîtier (polyvalent) : voilà pourquoi il devrait (je crois) être plus léger, plus compact et surtout moins cher.

Vous verrez d'ici 2 ou 3 ans, qu'un inévitable Fuji X200 me donnera raison, venant progressivement corriger la plupart des défauts soulignés dans cet article !

 


Un appareil rare pour qui ?

A l’heure du bilan, vous avez déjà compris que je vais très sévère... Pourtant, le Fuji X-100 possède de vraies qualités photographiques, notamment la plus essentielle : sa réactivité au déclenchement. Exposition et Balance des blancs, ne m’ont jamais posé de problème, la qualité d’image est excellente en RAW comme en JPEG. Mais tout cela est banal en 2011... pour beaucoup moins cher !

Pour ce prix et dans cet encombrement, on peut acquérir tout sortes de boîtiers plus légers, plus polyvalents, plus ergonomiques et plus efficaces pour capter « l’instant décisif ». Certains accueillant même des optiques pancake… Pour devenir un symbole d’excellence, il eu fallu que l’ergonomie du X-100 soit incontestable et que son « simili-cuir » fut moins glissant… Plus cuir, que simili !

Par son look et ses défauts, le Fuji X-100 me semble être l’appareil symptôme d’une époque si désespérément en quête de valeurs et de reconnaissance que l’on n’hésite pas à dépenser 1000 € pour tenter de revivre un passé révolu et s’astreindre à ne faire péniblement que des photos au 35 mm « à la manière de ».

Le Fuji X-100 serait-il l’appareil de ceux qui se sentent obligés d’afficher leur culture photographique autour du cou ? Dernier cri, du signe extérieur de « richesse photographique »... L'appareil de bobos "wana be", pas tout à fait assez riches pour oser s’offrir un anachronique et aristocratique Leica ?

Plus encore que les défauts de ce X100 (expliquables pour un premier jet), c'est son succès (objectivement peu justifié) qu'il serait intéressant d'expliquer...

 


Conclusion Tout ça pour ça ?

En conclusion, le Fuji X-100 ne conviendra pas à grand monde et le buzz qu’il a généré, est selon moi inversement proportionnelle à son efficacité réelle !

Ce qui prouve que beaucoup de ceux qui publient leur avis sur Internet, passent plus de temps à philosopher sur les fiches techniques, les tailles de capteur et les résultats sur mire des optiques, qu’à tenter de faire de bonnes photos avec…

0000_screen_ 2011-10-24 à 17.16.06

Il n’est franchement pas si facile d’obtenir de bonnes photos avec ce boîtier au comportement « mou ». Je pense spécialement aux photos de rue, de voyage, de reportage… Aux fameux « instants décisifs ». Pour cela, mieux vaut n’importe quoi d’autre de plus réactif : Canon G12, Sony Nex-7, Nikon V1, ou reflex...

 


Si Cartier Bresson revenait, pensez-vous qu’il travaillerait avec un X-100 ?

A titre personnel je serais plus intéressé par la proposition zoom, du futur Fuji X-10, moins « grandiloquent » et plus polyvalent... Bien que ce petit cousin, perde en route les seuls atouts vraiment marquants du X-100 : son viseur hybride et son capteur APS-C. Mais nous jugerons sur pièce.

Enfin, à l’heure ou l’on apprend qu’un Fuji X à objectifs interchangeables arrivera à l’été 2012, on hésitera à investir dans la focale désespérément fixe du X-100 (Fuji lancera des hybrides à objectifs interchangeables).

S’astreindre au 35 mm est une punition qu’on a infligée à des générations d’étudiants pour leur apprendre l’humilité. Je ne vois pas qui serait prêt à payer 1000 € pour ça alors qu'une variante à objectifs intercheangeable existera bientôt. Si l'on pardonne aux Leica M d'être ce qu'il sont, ce n'est évidement que parcequ'ils profitent d'objectifs intercheangeables.

Je suppose enfin que beaucoup d’acquéreurs séduit par le design mais mal informés, se lasseront de l’ergonomie du X-100 et de sa réactivité décevante... D’ici quelques mois, il pourrait donc se trouver pas mal de X-100 sur le marché de l’occasion ! Alors oui, éventuellement à 500 €, je serais prêt à lui pardonner ses innombrables défauts de jeunesse. Juste le temps d’un court voyage dans le temps…

  • MAJ : une vingtaine de Fuji X-100 d'occasion sont déjà en vente sur leboncoin.fr (attention aux arnaques toujours possibles).

 

_DSF0387_web_1000px

En mise au point manuelle, j’adore la bascule instantanée du viseur optique à la vue zoom électronique, par une simple pression du pouce sur la touche Commande. On peut aussi activer temporairement l’AF en appuyant sur AEL-AFL, excellent... (mais oui, il y a des choses que j'aime, sur ce X100 ;-) Vitesse 1/350. Ouverture : f/6,4. Sensibilité 200 ISO.

 


Philosophie ? Quelle philosophie ?

On m'écrit depuis quelques temps, que je n'ai pas compris la "philosophie" du Fuji X100. Ahah ! ! ! Désolé, mais il n'est pas question de "philosophie" ici...

Voilà une belle "tarte à la crème" abstraite, qu'on nous sert depuis quelque temps et qui ne repose sur rien de concret... Car s'il existait une "prétendue philosophie" du Leica, elle serait juste de rechercher l'efficacité, au service de la créativité :

  • Efficacité pour cadrer (grâce à un excellent viseur cadrant un peu plus large que l'image)... ici le Fuji s'en sort d'ailleurs mieux qu'un Leica grâce à son visieur hybride, innovation étonnante que nous avons suffisament salué !
  • Efficacité pour ne jamais interrompre l'action dans le viseur (absence de miroir). Ici le Fuji échoue de très peu (quel dommage), à cause d'un bug que j'ai vérifié sur les deux exemplaires que j'ai essayé (et toujours non corrigé par la dernière mise à jour 1.11)... Aie !
  • Efficacité pour régler "instantanément" le point grâce une bague manuelle précise, (dont ne dispose pas le X100. C'est un de ses plus gros défaut lorsqu'on a connu la "philosophie Leica M")...
  • Efficacité pour choisir (de mémoire) une profondeur de champs et travailler à l'hyperfocale (grâce à une échelle de profondeur qui fait cruellement défaut au X100)... Aie, aie, ouille ! ! !
  • Efficacité pour être 100% disponible à tout instant (qualité qui manque terriblement au X100, à cause de sa lenteur à la sortie de veille et à cause d'un processeur sous-dimensionné). 

Donc, si l'on devait parler de "philosophie", je dirais que - justement - le Fuji X100 échoue à appliquer "la philosophie du Leica". Le Fuji X100 est en échec - précisément - sur tous les points (sauf le vieur) qui faisaient la force du Leica M. Il ne s'agit pas de philosophie, mais de pratique : CQFD...

Leica, dont la seule philosophie était l'efficacité, je le répète ! Grâce à une forme "d'économie de moyen", les M restaient relativement compacts (sans miroirs), à une époque ou les reflex gonflaient, générations après générations... Jusque dans les années 90, le concept du Leica M pouvait donc se justifier... Beaucoup moins ensuite, ce qui explique le peu d'intérêt que suscitent les M8 et M9 à mes yeux.

 


Synthèse :  ses points forts et ses points faibles

Avec son viseur hybride, son design hors-norme et son grand capteur, le Fuji X-100 reste toutefois un appareil historique dont nous nous souviendrons. Les inscription gravées (et pas seulement sérigraphiées) sont significatives de l'excellente finition... Et voici, classés par ordre d'importance (à mes yeux) un résumé des qualités et défauts du Fuji X100. Qualités et défaut qu'il serait illusoir de vouloir nier... mais dont chacun appréciera l'importance en regard de ses propres priorités.

 


Les points forts :

  • Le point fort, son viseur hybride : très agréable en mode optique, mais perfectible en mode électronique (beaucoup trop sombre comme tous les EVF)... Passage rapide d'un mode à l'autre et détection d'oeil efficace.
  • Excellente qualité d'image générale : maitrise du bruit en haute sensibilité, exposition, balance des blans, dynamique, couleurs en JPEG et RAW... A noter que les RAW permettent des prouesses en terme d'ajustement d'exposition (du niveau des meilleurs reflex).
  • Optique fixe à (relativement) grande ouverture : excellent piqué (sauf à grande ouverture sur les bords)...
  • Bague de pilotage de l'ouverture : le rétro design à aussi du bon, applaudissons au retour du réglage d'ouverture par la main gauche (après les Canon S90, l'Olympus XZ-1)...
  • Silence de fonctionnement : boîtier silencieux en général et Mode silencieux accessible facilement par un appui long sur une touche (pas besoin de naviguer dans le dédale des Menus).
  • Son petit flash intégré : il dépannera de temps en temps (alors que certains hybrides en sont inexplicablement privés). Dommage qu'il ne surgisse pas quelques centimètres au dessus du boîtier, comme celui du Fuji X10.
  • Design : look retro ravageur, belle construction, pas trop lourd... Un "piège à fille", idéal pour frimer aux terrasses.

 


Les points faibles :

  • Réactivité insuffisante en reportage : opérations impossibles durant de longues secondes après le déclenchement, ce qui m'a gâché tout le plaisir d'utiliser le X100. Un défaut éliminatoire en usage professionnel (reportage social, presse) et pour quiconque a été habitué à la réactivité d'un reflex... Processeur sous-dimensionné.
  • Lenteur à l'allumage et à la sortie de veille : totalement contraire à la philosophie du boîtier, (bloc note photographique, qui doit être disponible en permanence pour des "instantannés" volés sur le vif). Inexcusable, d'autant que l'objectif est "non rentrant".
  • Molette de correction d'Expo qui se dérègle systématiquement : ce qui fait rater pas mal de photos prises sur le vif (en plus elle est limitée à +/- 2 diaph, c'est trop peu). Inaceptable à ce prix, rédhibitoire en pratique. Et même (de mon point de vue), éliminatoire !
  • Absence de bague mécanique de mise au point : la bague électronique trop démultipliée entraine une lenteur exaspérante en mise au point manuelle (qui est très précise à l'aide de la loupe)... Agravée par l'absence d'échelle de distance et de profondeur de champs.
  • Autofocus parfois lent et imprécis : pas au niveau, l'AF est malheureusement inévitable en l'absence de bague mécanique permettant une mise au point manuelle rapide... Calamiteux à courte distance.
  • Absence totale de stabilisation : rare et difficilement acceptable en 2011... Cela limitera quelque peu les possibilités d'usage à main levé en très basse lumière. Heureusement la qualité exceptionnelle de l'image en haute sensibilité fera quelque peu oublier ce défaut.
  • Ergonomie générale inaboutie : manque de commandes directes et d'un second bouton configurable. Passage fréquent par les menus (paramétrage ISO Auto). Molette arrière peu pratique et bouton central peu précis... Pilotage à l'ancienne peu pratique (réglage de Vitesse peu accessible sur le dessus) : molettes très jolies, très sexy, amusantes... Mais moins efficaces que les classiques molettes avant et arrière.
  • Autonomie médiocre : batterie trop petite et lente à charger, quel domage avec un si gros boîtier... Prévoir 1 (ou même 2) batteries supplémentaires pour une longue journée ! En plus l'indicateur de batterie est trop peu précis (3 niveaux).
  • Encombrement en regard des fonctionnalités : trop peu polyvalent pour servir de boîtier principal. Mais aussi trop lourd, trop gros et trop cher pour servir de second boîtier... Il est de plus assez difficile de travailler en ne tenant et réglant le X-100 qu'à une main.
  • Optique un peu douce sur les bords : personnellement cela ne me gène pas, mais les bords de l'image restent assez mou à grande ouverture. Plus de soucis, dès f/4...
  • Le choix du 35 mm pour l'optique fixe : un 28 mm serait peut-être plus polyvalent (la bonne qualité d'image autorisant des recadrages conséquents). Mais il s'agit là, d'un point de vue assez personnel.
  • Menus primitifs : navigation lente, revue des images lente et peu pratique. Deux mises à jour firmware n'ayant rien amélioré...
  • Mode vidéo primitif et peu pratique : tout de même, pour 1000 € en 2011 faut pas pousser...
  • Fiabilité à vérifier : un point qu'il faudra vérifier dans les mois à venir. Mais les forums commencent à faire ressortir des problèmes divers. Par exemple de diaphragmes bloqués à grande ouverture...

MAJ : J'expliquais ici qu'il était assez difficile de travailler avec le X100 à une seule main... Alors, pour les plus passionnés, voici le Thumbs Up EP-5S for the Fuji X100, qui facilite et sécurise la prise en main ! Je ne l'ai pas essayé, mais ça me semble vraiment intéressant...

Ep-5s silver on fuji x100  02

Ep-5s silver on fuji x100  03

Above : Gary Perlmutter's Fuji X100 with Thumbs Up EP-5S in silver 



 

  


 

Par VIBERT dans 80 - APN : Fujifilm | Permalink | Commentaires (38)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef0154365fe17b970c

Listed below are links to weblogs that reference Fuji X-100 : prometteur… mais raté ! Part 4/4:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM