En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« Un fantastique Nikkor 800 mm f/5,6 VR en développement | Accueil | Optimisation fiscale pour Apple, Google et Amazon ? »

jeu. 12 juil 2012

Projet Hackintosh : survivre en attendant le Mac Pro nouveau ?

C'est trop rare, j'ai aujourd'hui le plaisir d'accueillir un nouveau rédacteur invité sur macandphoto. Et j'espère que cela suscitera quelques vocations (me contacter). Jean-François Paré nous parle aujourd'hui de son aventure Hackintosh. Et je trouve ça passionnant... 

Le Mac pro est mort, survivre le hackintosh…

Jean-François utilise de plus souvent un mot éveillant crainte, désir et espoir… hackintosh. Le même nombre de syllabes que trahison (ahah ! )

Il a lancé une invitation : « un lecteur pourrait partager son aventure ». Et bien voilà ! J'ai accepté l'invitation. Mais pourquoi un hackintosh ? Dans mon cas, pour remplacer un « MacBook Pro 2008 avec toutes les options » qui ramait trop sur Lightroom. Le ballon de plage, j'aime, mais seulement en vacances.

Le iMac était hors de question à cause de l'écran brillant (alors impossible à calibrer et j'avais déjà un Dell 2209wa IPS), à cause de l'impossibilité de modifier l'appareil et de sa durabilité douteuse.

Le Mac Pro d'entrée de gamme était hors de prix et moins performant que l'iMac i7. À cette époque, le iMac i7 était beau et coûtait 2300 €, soit un peu moins que le Mac Pro... Le hackintosh me parut être une solution viable et économique.

De l'univers léché, élégant, de matériaux nobles et clef en main d'Apple, je ne gardais que l'OS pour gagner le côté obscur, celui des hackers, des gamers et du cambouis informatique. Et du cambouis, ce feuillet m'en a amplement fait voir !

Ça remet en question, un peu comme une visite chez le psy… ou le conseiller conjugal. Je prévoyais vous proposer une recette et je me trouve plutôt en réévaluation de régime !

IMG_0702_

Mon hackintosh est d'une sublime mocheté, mais est plus performant que le Mac Pro de l'époque (grâce à un i7 desktop de 1re génération).

  • Il offre de l'espace pour 4 disques durs (dont un inaccessible because la carte graphique).
  • Un lecteur compact flash « intégré » (comme l'allume-cigare des caisses !).
  • Une carte nvidia GTX 260
  • L'USB 3
  • Et le eSata.

Et tout ça pour 1000 €, soit moins cher que le iMac d'entrée de gamme. Il est laid, mais c'est mon rejeton, et ça, ça n'a pas de prix !IMG_0703__

En fait, la lune de miel se passa bien, très bien ! L'assemblage et l'installation ne dura qu'une matinée. Et adieux les ballons de plage ! Je retrouvais un certain plaisir dans la chambre noire (Lightroom). C'était rapide, performant, que du bonheur !

Mais les petites choses qu'on ignore en début de relation se faisaient sans cesse plus gênantes. Pas de WiFi… mais ce n'est que pour la photo. Alors…

Mais c'est qu'elle ronfle cette bête ! Moi qui suis habitué au silence des Mac. Un meilleur boitier peut-être ? FireWire 400 seulement et cette manie de ne reconnaitre que deux LaCie 2big sur trois ! Ça me prendrait une carte interne FireWire 800, mais elles ne sont pas toutes compatibles.

Bof, ça ne reste que pour TimeMachine, on fera avec. Et le eSata, la prise est bel et bien là, mais… ça ne marche pas ! Sans compter les autres trucs que je n'ai pas même essayés !

En fait, le hackintosh est possible grâce à la similarité des chipset de « certaines » cartes mère avec ceux utlisés dans l'univers Apple. Idem pour les cartes graphiques, réseau, cartes son, alouette…

IMG_0696_

Les parades et les « hack » sont développés par une communauté de tronches qui réussissent presque par magie à faire fonctionner tel ou tel bidule sur certaines cartes.

Le USB 3 ? Remercions LaCie qui produit des cartes utilisant le même chipset que certains fabricants de cartes mères. Pour les processeurs plus récents, on contourne ou on attend une mise à jour du kernel d'Apple.

Pour préparer ce compte rendu, j'ai décidé de mettre mon frankenMac à jour ; BIOS (équivalent du PRAM), installation du DSDT propre à ma carte mère, etc. Je retrouverais peut-être le niveau de performance que j'avais perdu depuis le passage à 10.6.8 (10 à 15 %) et pourrais finalement utiliser l'eSata. Imaginez, un DSDT officiel, ça sera du gâteau ! Que né né. 

Je m'aperçois ici que la poésie n'est pas à la portée de tous. Alors petite pose cambouis et, au son de la clochette, on tournera la page… Le fameux paquet d'allumette, qui est un patch pour une seule composante, est le kext (kernel extension). Le DSDT (Differentiated System Description Table) - jolie n'est-ce pas? - est la version compilée de tous les paquets d'allumettes nécessaires pour une carte mère. Émouvant ! Bon, fini la poésie. Ding !

Sans tomber complètement (mais un peu tout de même) dans les incantations vaudou, le processus ne peut pas être qualifié d'élégant. La mise à jour du BIOS fut heureusement simple et se fit directement dans Windows 7. On n'a pas  ? On passe par le DOS alors ?

Et après il y a le vaudou, le grimoire et les talismans. Évidemment, c'est une étape obligatoire parce qu'un DSDT, est développé pour une version de BIOS bien précise.

L'installation du nouveau DSDT pour la mise à jour d'un hackintosh ? Simple, le fichier doit être sur le bureau, on lance Multibeast (un logiciel incantatoire), on clique quelques cases et 5 minutes plus tard, on relance la machine. Imaginez, l'excitation et l'attente de retrouver une machine enfin parfaitement peaufinée… et boom le Kernel Panic. On espère les fleurs et…

Et c'est là que la relation se compliqua… encore.

L'incompréhension se glisse dans notre couple. Le problème ici c'est que je ne navigue plus vraiment dans l'univers connu et maitrisé du Mac, il y a une couche de choucroute qui m'est tout aussi nébuleuse qu'indécryptable… Le Terminal et les commandes Unix, passent toujours, mais du code machine ? Sérieusement ? Il faut oublier les outils habituels (Disk Warrior et cie) car, de toute évidence, le disque n'est pas reconnu comme on disque Mac (car s'en est pas un ! ). Bref, l'incertitude et des heures de débugage à l'horizon. 

Première étape, on déconnecte tout pour ne laisser qu'un disque dur et q'une barrette de mémoire (comme lors de l'installation). Ça serait moins désagréable si le design et l'ergonomie du boitier s'apparentaient plus au Mac Pro qu'a la boite de sardines. Niet, ça plante encore. Et à ce moment, il faut plonger dans les forums vaudou. C'est un sacré foutoir. Tout le monde est un expert et un newbbie.

Le truc qui marche pour l'un a été une catastrophe pour l'autre (la réponse habituelle est « Oups, désolé »).

Le grain et l'ivraie, pareil, tout le monde au crachoir ! Le hackintosh étant très populaire, tout le monde semble proposer « une recette ». Le problème est qu'elles sont fréquemment incomplètes, peu fiables et soumises à trop de variables. 

Après beaucoup de recherche, le décryptage des solutions et près de 6 heures d'incertitude, j'arrivais enfin à régler le problème. YES!… ???… Mais il y a comme une nouvelle anomalie. Tous mes disques sont maintenant éjectables et oranges ! Même le disque de démarrage. Bon, je peux faire avec. Il ne semble pas y avoir d'impact sur la performance, mais je sens qu'il y a un vautour qui plane.

Ô joie et bonheur, le eSata fonctionne et cinq fois plus rapidement que le Firewire.

Malheureusement, une fois le disque reconnu en eSata, plus moyen de le connecter en FireWire !? C'était trop beau ! Pour l'USB 3, je n'ai pas de disque compatible. Mais les grands shamans des forums vaudou semblent dirent que même si le système affiche le USB 3, ça ne semble pas toujours vraiment fonctionner ! Lol. RIDICULE.

Je suis au bout des solutions offertes par les shamans. Et le bilan ? Fréquemment, ça fonctionne… mais pas entièrement… qu'en apparence. Ce n'est pas le constat de tous, mais ont-ils vraiment testé le système à fond  ? Peut-être pas. Ma carte maîtresse Asus n'est pas idéale (bien que les shamans la disent compatible), les Gigabyte semblent être préférées. Mais les forums regorgent de gens qui ont des problèmes avec les Gigabyte. 

Mais peut ont vivre avec cette crainte qu'une simple mise à jour puisse tout annihiler ou vous envoyer sur les forums incantatoires pour des heures et des heures de plaisir ?

Il y a des recettes dans ce grand grimoire qui semblent bien fonctionner. Mais elles ont toutes une date de péremption non dite. Un changement au BIOS, une nouvelle version de iBoot, de MultiBeast ou de Unibeast, une mise à jour d'OS X et la gelée ne prends plus ! Si vous pouvez vivre avec un système qui a la fiabilité d'un château de cartes et la capacité d'évolution du Neandertal…

Une grande leçon : je ne peux pas adopter la stratégie et le mode d'utilisation que me permettrait un vrai Mac. Lightroom et Photoshop CS6 roulent merveilleusement bien. Mais en cas de pépin, mes repères sont perdus. Comment réagira Time Machine par exemple ?

Au minimum, il est impératif de séparer le système et les données sur deux disques différents. Un disque de données distinct sera toujours reconnu comme un disque Mac, contrairement au disque de démarrage.

J'ajouterais aussi une copie clonée et RÉCENTE du disque système. Dans mon cas, le frankenMac est un luxe qui rend le traitement de photo moins laborieux. Jamais je ne l'adopterais comme machine principale ou dans un contexte pro. Et avec Apple qui semble s'acheminer vers le propriétaire, la situation n'ira certainement pas en s'améliorant.

Ferais-je le saut vers une carte Gigabyte et un processeur ivy Bridge pour plus de performance et une compatibilité (peut-être) accrue ? Probablement, pour 500 €, le jeu en vaut la chandelle. Une opération qui serait manifestement impossible avec un vrai Mac.

Après tout, ce n'est que pour Lightroom et Photoshop et je peux vivre avec un appareil « caractériel ». Et vous ?

Jean-Francois P

P.S. J'ai tiré ma recette, non pas de Bocuse, mais du non moins respectable site Lifehacker.

http://lifehacker.com/5672051/how-to-build-a-hackintosh-mac-and-install-os-x-in-eight-easy-steps

Malheureusement, les pièces ne sont plus disponibles (neuves) et ont été surclassés par 2 générations de nouveaux joujou (tout va vite en années de CPU - ou de chien). Ma bombe de l'époque fait aujourd'hui moins bien que les derniers MacBook!

J'attends la dernière mouture Apple avant de procéder à une cure de rajeunissement. À ce moment, le support Ivy Bridge sera plus complet. Vous suivez ?

 

NRLR : Depuis la rédaction de cet article, Apple a confirmé la préparation de Mac Pro nouveaux en 2013...


 

Par VIBERT dans 20 - MAC OS X : Hackintosh sur PC | Permalink | Commentaires (16)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef017616643d88970c

Listed below are links to weblogs that reference Projet Hackintosh : survivre en attendant le Mac Pro nouveau ?:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM