Drapo_a_menu READ MACANDPHOTO.COM IN ENGLISH

Accès direct :

-> L'Anti Spam typepad posant problème, certains commentaires nécessitent ma validation avant publication (quelques minutes à quelques heures). Merci de vous identifier (ici par exemple) avant de poster, ça facilite les choses. En cas de soucis me contacter.



« Vue d'oiseau ! Sont fort à la BBC... | Accueil | La différence entre Apple et Samsung ? »

mar. 09 oct 2012

Les constructeurs auto sont sceptiques sur l'électrique

A lire chez La Tribune : A part l'Alliance Renault-Nissan, les constructeurs auto sont sceptiques sur l'électrique (à noter un Leica sur la photo).

" Ford ou Volkswagen prévoient que les véhicules électriques ne dépasseront pas 2 à 3% du marché total à moyen terme. Les constructeurs misent de plus en plus sur l'hybride rechargeable. "

Dit autrement : ne comptez pas sur la voiture électrique pour relancer l'industrie automobile nationnale, contrairement à ce que certains ministres laissent régulièrement et falacieusement entendre. Il faut réussir à faire marcher l'économie "tout court" et arrêter de nous enfumer avec ce concept de "croissance verte" qui est totalement démagogique ! Si croissance il y a, elle sera éventuellement verte. Mais la croissance "verte" ne se décrète pas... Il y a donc tout lieu de s'inquiéter pour la dite industrie automobile, surtout après avoir lu ça (toujours La Tribune) :

" Très peu d'économistes croient encore à l'hypothèse de croissance (+0,8%) sur laquelle est fondé le budget 2013. Au delà, le président de la commission des finances, Gilles Carrrez (UMP) dénonce des évaluations de recettes irréalistes, ne tenant pas compte des changements de comportements que va provoquer la forte hausse des impôts ".

A moins que notre Ministre de la Magie ( ! ) nous invente un truc imparable, qui pourrait encourager les Français à consommer comme si tout allait bien, malgrès les hausses d'impots et le pessimisme ambiant qu'elles génèrent automatiquement ? A ce propos : "Le combat entre les talibans de l'austérité et les économistes keynésiens se poursuit". Extrait :

" Combler les déficits principalement par la hausse de la fiscalité comme le fait la France, plombe la croissance,  dit Jean Michel Six Chef économiste de Standard & Poor’s. C’est pourquoi, selon lui, le pire reste à venir.

Des générations d’étudiants en économie ont pourtant appris qu’une forte taxation des plus riches n’augmentait pas les rentrées fiscales, bien au contraire. La fameuse  « Courbe de Laffer » modélise très bien une notion simple : « trop d’impôts tue l’impôt ». Tout à l’air de se passer comme si nos dirigeants qui n’ont pratiquement jamais vécu dans une entreprise, avaient oublié leurs cours d’économie ! "

0000_screen_ 2012-10-09 à 23.26.32

Non. Ce qui est absolument insupportable en ce moment, c'est que nos dirigeants refusent de s'attaquer drastiquement (ou ne savent pas comment s'attaquer) aux dépenses de l'état, qui étouffent notre économie sous des charges totalement insensées, démoralisants les entrepreneurs (même les tous petits) et empêchent les entreprises d'embaucher (même les grosses).

 

Au lieu de cela : on augmente encore les impots : 2011-2013, 65 milliards de hausses d'impôts. C'est donc une double peine pour l'économie, pour les salariés (qui sont aussi LES consomateurs), un cercle vicieux... une véritable catastrophe.

" L’austérité ne peut être qu’une réponse provisoire, car pour surmonter l’obstacle il faut plus de compétitivité, pas plus de fonctionnaires. Comme le fait remarquer Hans-Peter Keitel président de la Fédération allemande de l’industrie « La France est un pays où l’on organise la croissance à partir de l’Etat ». Or, avec 47% de taux de prélèvement obligatoire et près de 57% de dépenses publiques par rapport au PIB, l’économie française est de plus en plus collectivisée, ce qui l’éloigne du profil de ses principaux concurrents…

Ce n’est probablement pas en surtaxant les créateurs d’entreprise et en « taxant le capital comme le travail » que l’on dynamisera beaucoup le tissu industriel français.

Comme on peut là encore l’apprendre facilement dans les bons livres d’économie, un investisseur a besoin pour entreprendre un investissement d’une prime de risque qui va lui assurer une rémunération supérieure à celui qui n’en prend pas. Le salarié est sûr d’avoir son chèque à la fin du mois, l’entrepreneur qui prend le risque de créer une entreprise n’a lui aucune certitude. Aligner la fiscalité du capital sur celle du travail est donc une aberration idéologique qui est destructrice d’emplois. (source Atlantico) "

0000_screen_ 2012-10-09 à 23.22.18

Qui voudrait créer une entreprise en France dans ces conditions ? Celui qui a une bonne idée, aura tout intérêt à aller tenter sa chance ailleurs, là ou on lui laisse une petite chance de réussir et de profiter des fruits éventuels de son travail (ce qui ne semble être une motivation et une idée tabou, qu'en France)...

" La culture de l'investissement et du risque sont également trop faibles de même que la taxation des entreprises rend difficile de dégager un dividende pour les investisseurs. L'argent des Français va davantage dans l'épargne et l'investissement." (pourquoi les start-up françaises réussissent en France et pas à l'étranger).

 

Par VIBERT dans 01 - VU SUR LE NET ! | Permalink | Commentaires (15)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef017d3c9aa7a7970c

Listed below are links to weblogs that reference Les constructeurs auto sont sceptiques sur l'électrique:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM