En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« 16-35 mm f/2.8 + 70-200 mm f/2.8 = photo journalisme | Accueil | Un week end avec le Nikon D600 - Partie 2/4 »

dim. 09 déc 2012

Un week end avec le Nikon D600 - Partie 1/4

Il y a longtemps que j’en rêvais ! Me balader avec un « reflex full frame » sur l’épaule, qui reste suffisamment compact et léger pour se faire oublier tout en disposant d’un flash et d’un zoom discret démarrant au 24 mm… Une telle configuration n’existait pas avant l’arrivée de ce Nikon D600... Test terrain dans les rues de Paris, par un week end automnal.

Texte et photo : Jean-François Vibert

 

... partie 1 sur 4 :

C’est avec beaucoup d’impatience que j’ai déballé ce tout premier full frame « amateur », prêté par Nikon dès le lendemain de son annonce. Une première, car jamais encore, un reflex Nikon n’avait été disponible si vite après sa présentation.

_DSC2123_EXPORT

Le signe d’un changement d’époque également : le monde du reflex amateur évolue progressivement vers les capteurs full frame. Une évolution positive que nous espérions depuis 2005 et sur laquelle personne n’aurait parié, il y a trois ans.

_DSC0678_web_800px

Je sors de chez moi et j’empoigne le D600 pour une première image. Le grip caoutchouté est très agréable, la prise en main franche semble familière : assez proche finalement du Nikon D800 avec lequel j’ai passé l’été (relire le Test au Kenya du Nikon D800)...

 

_DSC0679_web_800px

On ne sentira pas une énorme différence... Et acheter un grip sera probablement inutile pour la plupart des photographes. Sauf éventuellement pour les amateurs de sport et de cadrages verticaux faisant un usage intensif du 70-200 mm f/2.8, ou d'autres longues focales. La forme du boîtier est très réussie : compact et ramassée, formant un couple idéal avec le 24-85 mm du kit, lui aussi plutôt trapu.

_DSC0767_EXPORT

Ce qui surprendra les photographes habitués aux D300, D700 ou D800, c’est la molette de sélection des modes (typée reflex amateur), qui rappel celle d’un D7000, ou des Canon EOS 5D et 6D. La présence de modes scène et d’un Mode 100% Auto (avec déploiement automatique du flash au besoin), n'empêchera pas d'utiliser le D600 en modes PASM, comme un professionnel. Je suis donc pour : à 100%.

 

_DSC0683_web_800px

Cette molette est aussi rapide que la traditionnelle sélection de Mode, par bouton poussoir. Comme elle est verrouillée par bouton poussoir, on est certain qu’elle ne tournera pas toute seule. C’était un problème sur le D7000 et les anciens EOS 5D MkII (heureusement corrigé sur l’EOS 5D MkIII et l’EOS 6D).

_DSC0687_web_800px

Pour le reste, ce D600 reprend l’essentiel de l’ergonomie du D800, ce qui me convient bien… Et certains de ses petits défauts malheureusement ! Par exemple l’étrange position du bouton ISO à l’arrière. Il serait tellement plus efficace d’y accéder de l’index droit (comme sur les Canon EOS), afin de modifier la sensibilité sans quitter l’œil du viseur.

_DSC0771_EXPORT

Les menus Nikon, n'ont pas évolué (ce qui rassurera ceux qui y sont bien habitudes) : toujours le même principe un peu rigide et le même look un peu ringard. Après tout, tant mieux pour ceux qui souhaitent utiliser le D600 en second boîtier, avec un D800, ou un D4…

 

Les deux emplacements SD, me conviennent très bien et j’ai opté pour l’écriture en débordement... Surtout depuis que les Macbook Air 13 pouces sont équipés de lecteurs de SD intégrés et que Lightroom est capable de télécharger plusieurs cartes en même temps. Finalement, deux cartes identiques sont plus pratiques que panacher SD et CF.

Pour m’éviter de sortir et brancher mon lecteur externe USB3, je me surprends à préférer la SD à la CF lorsque j’utilise un D800, ou un EOS 5D Mk III.

_DSC0659_web_800px

Il est heureux que Nikon conserve les mêmes batteries EN-L15, que celle du D7000 et D800. J’avais justement une batterie de D800 chargée, que j’ai interverti avec la batterie neuve de D600, que j’ai mise immédiatement en charge. En voyage avec deux boîtiers on n’emportera qu’un seul chargeur, où l’on sera rassuré de disposer d’un chargeur de secours…

 


Viseur full frame : un argument 100%

Juste après la prise en main, le premier contact avec un reflex passe par son viseur… Un coup d’œil suffit à me rassurer, ouf ! Le D600 conserve un vrai viseur full frame, 100%, large, clair et confortable. C’est pour profiter d’un tel viseur que les photographes expérimentés persistent à préférer d’aussi encombrants reflex...

Un bon viseur rend la ballade dans Paris bien plus excitante qu’un viseur d’APS-C ! Essayez-le une demie journée et vous ne reviendrez plus en arrière...

_DSC0660_web_800px

Avant même la qualité d’image et le velouté des arrière-plans, le confort de visée est la première excellente raison de faire le grand saut vers le full frame : on est comme au cinéma ! Du coup, même un temps couvert semble beau et donne envie de faire des photos. Lorsque je prête mon full frame à un élève qui n’a jamais connu autre chose que l’APS-C, il fait toujours : « whaouu » !

_DSC0551_WEB

Comme d'habitude, toutes les informations utiles à la prise de vue sont visibles en bas de l’écran… Et je crois que l’on a vraiment besoin de rien d’autre. Plus de données, ne ferait qu’encombrer la visée et distraire le photographe de ce qui compte : le cadrage de son sujet... Il me semble farfelu de considérer qu’un viseur électronique serait plus intéressant, car il permettrait d’afficher un histogramme.

Un argument qui trompera les débutants, mais pas les photographes expérimentés connaissant la précision d’exposition, dont sont capables les reflex en 2012. Sans parler des possibilités d’ajustement, énormes en RAW grâce à la dynamique des capteur récents, notamment full frame...

_DSC0869_web_800px

A noter que le viseur du D600 permet de basculer en Mode DX, en appliquant un facteur de x1,5 à la focale ce qui permet d’utiliser les optiques DX, ou de produire des images de 8,7 Mpix plus légères (Canon interdit par contre l’utilisation des objectifs EF-S sur les full frame).

Un cadre s’affiche alors dans le viseur, que j’ai trouvé trop fin et je n’ai pas trouvé comment afficher un masque grisé comme sur le D800…

_DSC1530__WEB

Signalons aussi l’absence des Modes de recadrage x1,2 et 5/4, que l’on trouve sur le D800. Une absence qui ne sera gênante qu’en sport ou en animalier. Notamment le recadrage x1.2 qui est le plus intéressant, car proche de l'APS-H des anciens EOS 1D (un compromis entre full frame et APS-C). Mais avec 24 Mpix, gageons que ces deux modes soient moins vitaux pour alléger les disques durs, que dans le cas du D800 et de ses 36 Mpix.

_DSC0897_web_800px

Comme le D800, le petit D600 profite d’un petit flash embarqué sans lequel ce portrait à contre jour n’aurait pas été possible. Rappelons une fois de plus, que face au contre jour les performances en hautes sensibilité d’un boîtier sont inutiles et ne remplacent pas un flash…

Au final, il se trouve que je n’ai jamais eu envie (ni vraiment besoin) d’utiliser le recadrage DX. Il me semble en effet plus judicieux de recadrer en post traitement au cas par cas… On n’achète pas un capteur Full frame, pour l’utiliser en format DX non ? Le fait que Nikon nous offre cette possibilité, signifie probablement que les D200 et D300 APS-C n'auront pas de successeurs APS-C. Les Nikonistes ayant privilégié l’achat d’optiques DX plutôt que FX à l’époque, avaient donc eu du nez… 

_DSC2125_EXPORT

 


Flash embarqué : un vrai plus

L’autre accessoire que j’attendais sur un reflex full frame d’entrée de gamme, c’est le petit flash embarqué qui m’est vraiment précieux et qui m’a manqué par le passé à de nombreuses occasions. Une première sur un full frame amateur car tous les Canon EOS full frame en sont privés, y compris le petit EOS 6D concurrent direct du D600… Je l’ai utilisé plusieurs fois pour déboucher des contre-jours et beaucoup moins souvent pour piloter des flashs distants (ce qu’il sait faire aussi).

_DSC0706_web_800px

Pour réaliser cette image, toutes les qualités du D600 et de son objectif "à tout faire", ont été mises à contribution… Un grand angle de 28 mm, qui permet de « rentrer dans l’action » et mettre en perspective le sujet dans son environnement... Une réactivité sans faille pour saisir « l’instant décisif » qui surgit sans jamais prévenir. Une cadence confortable lorsque le besoin s’en fait sentir, qui m’a permit de choisir la meilleure image de la séquence… Enfin, une excellente dynamique permettant de jouer sans crainte avec les contre-jours.

Priorité vitesse - 1/800 sec - f/13 - 500 ISO - 28 mm. Zoom 28-300 mm f/3,5-5,6.

Peu importe les performances du capteur à haute sensibilité, car face à un contre jour elles ne remplacent pas un flash. Que faire lorsqu’il y a « trop de lumière » derrière votre sujet ? Vous n’avez d’autre choix que de « déboucher au flash » pour équilibrer le contre jour. Augmenter la sensibilité ne diminue pas le contre-jour.

En pratique, une pression du pouce sur le bouton flash combiné à la molette principale, permet de corriger la puissance, afin de le rendre très discret si nécessaire. Inutile d’explorer les menus contrairement à la plupart des compacts. C’est pour ça qu’on ne peut se passer d’un reflex !

_DSC0630_WEB

Par contre, la limitation de la vitesse synchro au 1/200 plutôt qu’au 1/250 sec, sera éventuellement gênante pour les amateurs de fill-in et ceux qui ont besoin de figer l'action. Sans être une catastrophe pour la majorité, l'absence de prise flash est un tabou que Nikon brise avec beaucoup d’audace sur un reflex expert !

_DSC0273_EXPORT

Dans les faits, ça ne me dérange pas, mais je conçois que certains photographes soient embêtés. En studio, je préfère de toutes façons utiliser un déclencheur infrarouge (quelques dizaines d’Euros), plutôt qu'un encombrant fil à la patte.

On aurait par contre mérité un module WIFI intégré, comme celui de l’EOS 6D... Le WU-1B optionnel coûte 50 €, il dispose d’applications Android et iOS, permettant le pilotage à distance du D600 et l'envoi des photos vers votre Smartphone. En taille originale ou réduite pour envoi immédiat sur le Web. J’aurais volontiers essayé ça ! Avec la 4G qui arrivera en France en 2013, cela deviendra encore plus intéressant (du moins avec les Smartphone qui la supporteront)…

A suivre : Partie 2.

 



 

 

Par VIBERT dans 00 - COUPS DE COEUR , 75 - TEST : Test de terrain , 80 - APN : Nikon | Permalink | Commentaires (23)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef017ee5c59150970d

Listed below are links to weblogs that reference Un week end avec le Nikon D600 - Partie 1/4:

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM