13/05/2006

Aperture 1.1.1... Oui, il y a du mieux !

Appert_111_snow On peut le dire (et je l'assume complètement), jusqu'à aujourd'hui j'ai durement critiqué Aperture et ses limitations ; considérées par beaucoup (pas seulement moi) comme incompatibles avec un usage professionnel (qui aime bien châtie bien)...

Rappelez-vous ! Chaque argument avait été longuement développé et il fut bien difficile aux partisants de ce logiciel de les contredire. Je vous renvois à mon test de la version 1.0 en trois longs chapitres : Partie 1, Partie 2, Partie 3.

Appert_111_snow2 Ce n'est pas pour autant que j'avais omis de souligner le caractère extrèmement innovant et les promesses potentielles du logiciel... On se doute bien que quand Apple s'attaque à un chantier tel que celui de la photo numérique professionnelle, ce n'est pas sans certaines ambitions... Avec l'arrivée de la version 1.1.1, beaucoup de choses ont changé, faisons un petit tour des bonnes nouvelles pour commencer.

  • Le Prix ! Apple a visiblement admis ses erreurs (et des têtes seraient même tombées). Face à la vague de critiques émanant de la presse spécialisé (exemple ici), ils ont énormément baissé le prix du logiciel (319 euros au lieu de 499). Il faut dire qu'entre temps la beta de Lightroom a fait parler d'elle, faisant dramatiquement chuter la "cote" d'Aperture chez le pros... La firme à la pomme est même allée jusqu'à rembourser 200 USD aux acheteurs de la version 1.0 sous forme de bons d'achat. Quel aveux tout de même ! Mais il faut saluer ce geste. Si ça pouvait se passer comme ça à chaque fois qu'un produit s'avère incapable de remplir sa mission et que d'alèchantes promesses ne sont pas tenues...
  • Appert_111_snow3 La qualité des RAW. Car tel était bien le problème de la version 1.0 : la mission était tout simplement impossible à remplir ! La mauvaise qualité du développement des RAW, rendait discutable l'intéret même de shooter en RAW et d'utiliser ce logiciel pour faire quelque chose de ces RAW (face aux JPEG produits par les APN). Heureusement, tout est rentré dans l'ordre depuis... Sans rentrer dans les détails, la qualité de développement arrive maintenant au niveau des autres ténors du marché. On peut toujours pinailler dire qu'untel ou untel est meilleur, mais là n'est pas la question : passé un certain niveau, la seule chose qui compte est l'efficacité du workflow... Ouf ! A partir de là on peut s'intéresser au reste.
  • La vitesse. Grâce aux processeurs Intel et à cette version Universal Binary, ça va beaucoup mieux... Le Macbook pro ne s'en sort pas trop mal et on espère que les prochaines tours professionnelles atteignent la vitesse de la lumière. Vieilles machines (non G5 et non Intel) s'abstenir : ne rêvez pas !
  • L'export des tiffs en 16 bit est rétabli. Il était en effet bien dommage de travailler en RAW pour tout repasser bêtement en 8 bits (ça ne me génait pas personnellement car j'ai toujours évité le tiff et préfèré le PSD)...
  • Un "Color Meter" enfin disponible ! L'absence de tout moyen de connaître la composition colorimétrique d'un pixel (ou d'un groupe) était une critique récurente (comment vérifier la balance des blancs ou les hautes lumières). C'est maintenant réparé, on peut même avoir les valeurs colorimétriques en LAB et CMYK. Les amateurs s'en foutent car ils n'impriment que sur leur jet d'encre, mais c'est très important pour les pros qui travaillent en vue du prépresse et de la quadri...
  • Appert_111_allLe "RAW Fine Tuning control" est apparu et permet d'ajuster plus finement la derawtisation, ça devrait aider.
  • Il y aurait aussi du mieux dans la gestion des documents à calques multiples. Mais je n'ai pas encore eu le temps d'expérimenter en détail cette question comme je l'avais fait en version 1.0. Si vous êtes concernés, lire ici et .
  • D'innombrables petites améliorations... Il y a eu beaucoup de travail d'effectué (accèder ici à la liste complète des  nouveautés en pdf). Citons : de nouveaux appareils supportés, la gestion des données EXIF moins problématique, l'affichage améliorée de la loupe, ect...

Maintenant passons aux regrets et aux points qui restent toujours problématiques. Ils sont encore nombreux et je ne peux les citer tous. Certains restant encore très génants...

  • Toujours disponible uniquement en anglais !
  • Appert_111La bibliothèque est toujours centralisée. L'inflexible gestion centralisée de la bibliothèque n'a pas évolué, ce qui risque de rebuter de nombreux utilisateurs avancés. Dans mon cas c'est un défaut rédhibitoire qui rend l'utilisation de ce logiciel impossible. Mais est-il vraiment envisageable d'opter pour un système de stockage distribué avec un logiciel aussi ambitieux ? Sur ce point, Lightroom a pourtant su montrer la voie...
  • L'outil courbe reste toujours absent ! Ben woui, c'est très embêtant...
  • Les options de débruitage et d'accentuation restent bien trop rudimentaires face à ce que proposent Camera Raw ou Photoshop. Et tout simplement face aux besoins des pros qui savent s'en servir...
  • Les outils de colorimétrie sont encore trop basiques. Comme sur Camera Raw vous avez accès aux réglages de "température de couleur" (axe orange-cyan) et de "teinte" (axe violet / vert). Mais comment accèder à des réglages sélectifs de couleurs (comme dans teinte saturation de photoshop ou l'onglet étalonner de ACR par exemple). Cela ne génera pas la plupart des utilisateurs, mais faciliterait la vie des plus avancés.
  • De nombreux petits détails génants : Juste un exemple idiot, comment gèrer au clavier le taux de zoom de la loupe sans connaitre les racourcis sur un clavier Aserty ? Cet indispensable PDF de JP. Calvel devrait vous aider (merci à lui et aux lecteurs qui me l'ont fait connaitre) : Aperture_shortcuts_azerty.pdf
  • Reste des problèmes d'annotation et d'exports d'IPTC et d'EXIF... Ben woui : ça n'est pas très pro tout ça, alors que Adobe Camera Raw s'en sort parfaitement bien lui !
  • Documentation en anglais, peu pratique et pas forcément complète... Je m'y suis plongé : il faut s'accrocher !

Si Apple continue comme ça, peut-être pourra-t-on commencer à utiliser Aperture en production... à sa version 2. Mais d'ici là, l'avance des concurents pourrait s'être creusée davantage. Pour qui sait utiliser le couple Adobe Bridge + Camera Raw, (pour qui à pris le temps d'en apprendre le fonctionnement), il n'y a vraiment pas de match possible question productivité : la solution d'Adobe l'emporte très, très haut la main ! Car il ne faut pas oublier que cela fait déjà plusieurs années, qu'Adobe, Phase One et quelques autres travaillent sur le problème du developpement des fichiers RAW et de leur editing !

Apple ne peut arriver en terrain conquis et renverser les lignes du premier coup... Lorsque l'on est conscient de tout ça, on se dit finalement que les errements de la version 1.0 étaient assez prévisibles... Et que Aperture 1.1.1 ne s'en sort pas si mal... pour une débutante !

App_ma438_header_1

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (9) | TrackBack

28/04/2006

Aperture : un soft mal né ?

Aperture_ecran_8_1 "le développement d'Aperture ; un merdier et le pire de ce qu'on ait jamais vu chez Apple", selon les sources de Think Secret qui le décrit comme "le plus critiqué et le plus bugué de tous les logiciels pro sortis par Apple ces dernières années"... Je ne suis pas loin de le penser moi aussi !

Comme vous pouvez le lire ici, ou j'ai expliqué pourquoi en trois long articles, que pas grand monde n'a voulu  (ou su) contredire ! Arstechnica, (un site des plus crédibles) avait le premier révèlé les vices de construction de ce logiciel. Aujourd'hui, c'est donc Think Secret qui en remet une couche, en expliquant que l'équipe responsable de son développement, aurait été remplacée (il ne s'agit plus d'une rumeur). Le mieux que puisse faire Apple, serait peut-être de tout recommencer dès le début pour la version deux ? ? ? C'est par ici et c'est en anglais...

Il est tout de même à noter pour être complètement objectif, que la version Universal Binary 1.1 est nettement plus fluide que la 1.0. Mais on le doit certainement plus à Intel qu'à Apple ! Toujours est-il que fluide ou pas, il reste inutilisable selon moi dans le cadre d'une activité professionnelle... S'amuser avec, est par contre tout à fait envisageable tant l'interface est ludique (à condition de possèder un MacIntel ou un G5 Quad).

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (15) | TrackBack

17/01/2006

Opération afiliate : 15% offerts sur Iview Media Pro

Awards Après plusieurs années de travaux pratiques quotidiens et après avoir essayé tous les catalogueurs d'images... Nous affirmons que Iview Media Pro (disponible en 5 langues sur Mac et PC), est l'une (sinon la) meilleure solution accessible aux photographes et aux petites (ou moyennes) structures...

C'est également le choix préféré de la presse photo  et informatique unanime ! Pour un prix raisonnable, vous disposez de la solution la plus complète disponible sur le marché.

Banner_468x60_2

Nous sommes donc très heureux d'offrir à nos lecteurs une remise de 15% sur l'achat de Iview Media Pro : 143,65 € au lieu de 169 € ( et seulement 33,99 € pour la version standard ). Macandphoto touche 10% sur cette vente, ce qui nous permet d'exister. Cliquez sur la bannière ci dessus pour en profiter...

Pour en savoir plus : Le site officiel - Sa traduction en français - Le Manuel gratuit en français - 10 outils en 1 - Revue détaillée des fonctions - iView en images - Le choix des pros - Awards et tests de la presse -

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

30/12/2005

Aux limites d'Aperture... (prise en main part 3)

Je continue mes investigations sur Aperture. Si vous voulez y comprendre quelque chose, commencez par lire la Partie 1, puis la Partie 2 (qui a beaucoup été mise à jour depuis Noël)... Et survolez aussi les très nombreux commentaires sur ces 2 pages, dont certains ont été postés par des utilisateurs très avisés et sont vraiment intéressants !

Fonctions d'export : c'est pratique et très beau !

Aperture_ecran_5_1_1 Alors quoi de neuf depuis 15 jours ? J'ai eu le temps de jouer un peu avec les galeries web, les books, les options d'impression... La démonstration à laquelle j'ai pu  assister m'avait déjà mis l'eau à la bouche ! Tout ça est super cool, bravo Aperture ! iView et Photoshop devraient s'en inspirer (autant pour le style que pour l'ergonomie)... Après avoir vu ça, on trouve soudain le look des templates par défaut d'iView très primitif : ils ont l'air de dater des années 90 et ceux à télécharger sur le site, ne sont pas beaucoup mieux...

Templates html personnalisés : réservés aux experts...

Toutefois iView et Photoshop gardent encore pas mal d'avance et de nombreux avantages pour eux. À titre d'exemple : un modèle html proposé par iView comprend l'export avec un lien pour télécharger l'original en haute définition : idéal pour mettre à disposition des images pour un client... Rien d'équivalent chez Aperture.

Aperture_html_theme_perso Il est dommage qu'Apple n'ait pas offert une possibilité de créer facilement ses propres templates personnalisés... Je n'ai pas trouvé d'informations à ce propos, mais en cherchant bien j'ai tout de même découvert qu'il était possible de bidouiller un peu et de se crèer des thèmes perso (comme vous pouvez le constater sur l'image de gauche, j'ai crée un thème appelé Actionreporter Test avec sa vignette TEST JFV ). Un travail réservé aux experts et je dois encore creuser cette question avant de la maîtriser aussi bien que sur iView...

Tout ça me semble en tous cas nettement moins accessible qu'avec iView... Des templates modifiables ont un grand intéret pour les pros ( vous comprendrez mieux en venant assister à mon stage à la Nikon School : créez votre site web en deux jours ) ou en examinant des exemples de galeries personnalisées que l'on peut creer avec iView.

Aperture : le soft qui aura obligé les autres à évoluer...

Aperture_ecran_9_1 Je ne rentre pas plus avant dans les détails des autres fonctions d'export, car ces questions sont assez accessoires. Les options sont très faciles d'accès et vous irez découvrir tout ça par vous-même... Je suis certain que dans quelques années on se rappèlera d'Aperture comme le soft qui aura obligé les autres à se remettre en question (et je ne doute pas que les réactions d'Adobe ou de iView soient à la hauteur du défi lancé par Apple). Au risque de me répèter, le truc génial (qui est vraiment la marque de fabrique Aperture), c'est qu'il vous autorise à modifier vos images à tout moment. Le but est de fluidifier le worflow et de ce point de vue, ça marche plutôt bien : les fonctions d'export d'Aperture vous feront certainement gagner du temps... Malheureusement, le temps gagné ici sera perdu ailleurs... Nous verrons (plus loin) que si l'on doit faire cohabiter - sérieusement - Aperture avec un autre logiciel de retouche ( au hasard Photoshop ! ), le "workflow" se transforme rapidement en  chemin de croix...

Epineuse question de library...

Aperture_library Mais avant d'en arriver à cette question, arrêtons-nous un peu au problème de la "Aperture library" : dossier centralisé ou sont stockés vos originaux, vos versions et tous vos travaux... Elle peut certes être déplacée à l'endroit de votre choix (et c'est très bien), mais en aucuns cas répartie sur plusieurs disques (on ne peut la fractionner). Cela posera forcément un problème lorsque votre disque sera plein (quelle que soit sa taille au départ).

Les experts se sortiront toujours d'un tel problème ; par exemple en remplaçant leur disque interne par un autre ( encore plus gros ) ou même par un serveur RAID... Mais comment feront les photographes non experts en informatique : ceux justement ciblés par un logiciel comme Aperture ? Ils pourraient se retrouver plus ou moins coincés... A moins qu'une version 2, apporte une réponse rapide à cette question vitale (toutes proportions gardées, cela me fait penser au fameux bug de iPhoto qui plante systématiquement à partir d'un certain nombre d'images stockées dans sa base).

Pour info, il semble qu'il soit possible d'utiliser plusieurs library situées à divers endroits, mais pas en même temps évidement. Et cela implique de quitter et relancer l'application, on peut ainsi envisager de passer d'une library "perso" à une autre "boulot", mais cela n'a vraiment pas grand intéret... Par ailleurs, il ne semble pas possible à cette version 1.0 de "délocaliser" vos travaux (sur CD, DVD, disques externes) autrement qu'en les exportant EN DEHORS d'Aperture sous forme de fichiers psd, tiff, jpeg. Ce qui vous obligera à utiliser un catalogueur comme iView pour indexer tous ces exilés ( ! ) ... Le serpent qui se mord la queue avouez. Il faut donc espérer (très fort) que comme iTunes ou iView, une prochaine version d'Aperture offre l'opportunitée d'indexer des images situées partout sur l'ordinateur et en dehors...

Les bijoux au coffre !

Aperture_vaultL'intégration à Aperture de la fonction de sauvegarde "Vaults", va quand à elle, plutôt dans le bon sens. Elle à le mérite de sensibiliser les photographes à la question vitale de la protection de leurs données (il y a du boulot en la matière)... Il est possible de possèder autant de "vaults" que l'on veut et de les synchroniser à partir de sa "library". On peut également restaurer une library à partir de "vaults"... Et à chaque lancement l'application vous rappèle combien de fichiers n'ont pas été encore sauvegardés... Mais cette fonction "vault" est assez rigide et n'offre pas beaucoup d'options : par exemple impossible de créer via Aperture un "vault" réparti sur une série de DVD. Il faudra graver votre "vault" avec Toast dans un second temps... Non que je consière les DVD comme de bons systèmes de sauvegarde, mais ils dépannent en voyage, car bien plus légers que des disques externes...

Vous ne pouvez exporter en "vault" que la totalité de votre library, ce qui peut être long si cette dernière est énorme. Impossible de sauvegarder un ou plusieurs projets individuellement... J'apprécie quand je travail "en dur", de pouvoir très simplement glisser-déposer "à la main" un dossier sur mon disque externe pour le sauvegarder, ce qui est efficace et rapide... Il ne sera pas évident de me passer de cette simplicité !

Juste un mot à propos du moteur de conversion des RAW

Aperture_ecran_10 Je ne vais pas traiter ici la question de la qualité ( vraiment très discutée, sinon discutable ) des RAW d'Aperture. D'autres sites (encore plus spécialisés) s'en chargent déjà. Faute de temps, je ne veux me lancer dans des tests avancés et cette question est trop grave pour être traitée à la légère.

Mais il y a une chose que je tiens à pointer du doigt : il est très regretable que le moteur de conversion RAW soit obligatoirement celui intégré au système d'exploitation. C'est une façon de faire des plus "Microsoftesque" je trouve... ( d'ailleurs Windows intégrera lui aussi son propre moteur de conversion RAW, ce qui prouve que le RAW est un enjeux stratégique ). Pour updater ce moteur, il faudra  certainement passer par un update du système, et cela ne plaira pas forcément à tout le monde ( j'en connais qui ont refusé le passage à Tiger, pour des raisons diverses : le prix ou les incompatibilités avec certaines applications). Qu'en sera-t-il si vous refusez d'acheter la prochaine version d'OSX, alias Léopard ? Et bien vous ne pourrez peut-être pas développer les RAW d'un appareil récent, ou ne profiterez pas d'algorythmes améliorés (ceux de cette version d'Aperture ont furieusement besoin de l'être)... Pour cela, Apple vous fera repasser à la caisse. Exactement comme le fait Adobe qui vous oblige à acheter Photoshop CS2 pour bénéficier des dernières versions d'Adobe Camera Raw (comme la 3.3 qui suporte l'EOS 5D)... C'est d'ailleurs le moment de vous donner l'occasion d'en apprendre un peu plus sur Openraw par ici !

Par Photoshop... passer tu devras !

Venons en maintenant à cette notion de workflow qui est par définition le processus - plus ou moins complexe - qui vous amène du déchargement de votre carte mémoire dans votre logiciel d'éditing et d'archivage ; jusqu'à la transmition de fichiers à votre client ; éventuellement acompagnés d'épreuves de contrôle, de planches contact, de galleries web, diaporama, ect... En fin de compte (et malgrès de très intéressantes inovations), je trouve ce workflow pas beaucoup plus simple avec Aperture qu'avant ! Et ça, c'est exactement l'inverse des ambitions d'Apple ( remarque valable au moins pour cette version 1.0 à cause de tous les outils qu'il lui manque )... Explications :

Lors de la conférence de présentation ; nous avions pu assister à l'ouverture dans Photoshop, de deux images à partir d'Aperture. Puis à leur superposition grâce à des calques transparents... Car la vocation d'Aperture n'est pas du tout de faire ce genre de choses (du moins pour cette version 1.0). Suivie de l'importation à nouveau dans Aperture (le montage pesait 140 Mo). Le tout pour démontrer la "parfaite" intégration entre les deux environnement. La manipulation fut plutôt convaincante, bien qu'assez peu fluide (sur un G5 quad avec 4 ou 8 Go de RAM tout de même)... Après avoir désigné Photoshop dans les préférence en tant "qu'éditeur d'image auxiliaire", un simple clic-droit sur une de vos images vous crée un nouveau master en PSD qui s'ouvre dans Photoshop et que vous pouvez éditer (vous n'avez pas à vous préocuper de savoir ou il sera enregistré car tout ça est géré automatiquement par Aperture). Vous sauvegardez et vous voilà de retour dans Aperture avec votre image PSD modifiée... Mais ce scénario idylique n'est pas exactement représentatif de ce que doivent faire les photographes au quotidien et je doute personnellement qu'il soit aussi simple de travailler avec Photoshop et Aperture en paralèlle.

... et tes calques, Aperture aplatira !

Aperture_pref_2 Un seul exemple basé sur mon cas personnel : jusqu'à présent je gardais (et continuerais certainement à le faire) la plupart de mes images "retouchés" en format PSD : en 16 bits (autant que possible), avec tous leurs calques de réglages, la duplication éventuelle du calque de fond (si je suis amené à toucher aux pixels) et la mémoire des sélections les plus complexes en couches... Tout ça pour préserver mes images autant que possible, et affiner à tous moments mes corrections : c'est un système qui marche au poil. Le revers de la médaille est que chacun de ces PSD peut peser entre 50 et 500 Mo ( mais c'est comme ça : le coût du Giga étant inférieur au coût du travail horaire, je préfère utiliser plus d'espace pour préserver mes chances de corriger mes erreurs et gagner du temps ). Il faut compter plusieurs centaines de Giga pour un pro travaillant depuis 2 ou 3 ans en numérique...

Si je décide d'importer ces lourds travaux PSD pour les archiver et les traiter dans Aperture, ce dernier en crée une copie dans sa base... qui enfle d'autant de centaines de mégas ! Soit... Je fais ensuite mes petits travaux et c'est une image aplatie (Aperture étant monocalque) qui repasse dans Photoshop si j'ai besoin de faire une manipulation non disponible dans Aperture (et elles sont nombreuses). En passant (mais c'est un bug qui serait corrigé bientôt parait-il), lors de ce transfère les infos EXIF sont perdues.

Après retouche dans Photoshop mon image est automatiquement importé dans Aperture sous forme d'un nouveau "master" (c'est assez sympa, en ce sens l'intégration est parfaite)... Mais pour une image de 100 Mo à l'origine, nous en somme maintenant à 300 Mo au minimum... Et à chaque aller-retour que l'on fera par la suite, l'image sera à nouveau dupliquée (et à chaque fois les calques sont écrasés) et l'on se retrouve au final avec un poids beaucoup plus important, que si tout avait été fait classiquement en PSD... Petit rappel des bienfaits de Photoshop : les calques de réglage PSD ne pèsent rien et préservent eux aussi la qualité des images !

Aperture_and_photoshop_1


Gèrer deux systèmes d'archivage... vraiment raisonnable est-il ?

Pas franchement rationnel ce workflow non ? Naviguer entre les deux soft obligerait les utilisateurs comme moi qui archivent des centaines de PSD à entretenir une Photothèque "iView + Photoshop", en paralèlle de leur base Aperture... Mon avis a toujours été que travailler avec deux soft concurents est assez irréaliste (mais vous pouvez toujours tenter l'expérience). On perd (par exemple) tout l'intéret des recherches par mot-clefs... On doit être performant selon deux logiques opposées... On multiplie par deux les sources de problèmes... Il faut acheter deux licences... Et surtout il y a cette question d'espace disque : Aperture à pour ambition de nous faire économiser de la place, mais du moment que l'on fait des allers et retours avec Photoshop, ce beau programe tombe à l'eau  ! Pour limiter l'encombrement, libre à vous de suprimer votre stock original après qu'il ait été complètement importé dans l'Aperture Library... Mais c'est une grave décision à ne prendre à la légère, car revenir en arrière ne sera pas simple !

Aperture ou Photoshop... un jour choisir tu devras !

Aperture_ecran_8 La seule solution pour éviter ce mic-mac peu pratique serait bien évidement de tout faire dans Aperture... Pour cela, il faudrait qu'il OFFRE RAPIDEMENT TOUTES LES FONCTIONS AVANCEES de Photoshop plébiscitées par les photographes (la liste des absentes est en Partie 2 de l'article). Ce qui serait plus rapide si Aperture était ouvert aux plug-in ( peut-être en version deux ? )...

Maintenant je vais faire hurler un peu plus encore dans les chaumières (j'entends ça d'ici), mais tant pis... Tenez-vous bien : Je considère comme une absurdité d'affirmer qu'Aperture "n'est pas concurent de Photoshop" ! C'est un discours vide de sens (peut-être inventé par des marketeurs d'Apple pour préserver leurs relations avec Adobe ? ) et repris en choeur par beaucoup de suiveurs qui ignorent tout du "workflow" qu'ont à gèrer les photographes...

APERTURE EST EVIDEMENT (ET SERA DE PLUS EN PLUS) UN CONCURENT DIRECT DE PHOTOSHOP !  Dit autrement : il ne sera réellement utile que le jour ou il permettra de se passer complètement de Photoshop. Aperture n'a de l'avenir qu'à condition d'être UNE ALTERNATIVE A PHOTOSHOP... Et cela arrivera sans doute d'ici deux ou trois ans, c'est probablement dans les plans d'Apple... En cette fin d'année 2005, je me risque à prédire (façon Nostradamus) : qu'un jour, pour éditer efficacement vos photos, les archiver, les rechercher, les retoucher, les partager ; vous serez amenés à choisir entre Aperture et Photoshop (ou le couple iView-Photoshop)... Il faudra faire un choix c'est certain, mais en attendant : travailler en paralèlle avec les deux n'est tout simplement pas efficace !

 

Prise en main d'Aperture : PARTIE 1 - PARTIE 2 - PARTIE 3

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (18) | TrackBack

20/12/2005

C'est pas gagné... (prise en main d'Aperture part 2)

Quelques heures passées à explorer plus avant Aperture me permettent d'y voire plus clair maintenant. J'ai donc été amené à faire quelques correction à la première partie de cette article, que je vous engage à lire ici : Tous premiers pas avec Aperture (part 1)

Un soft plein de promesses ! Oui, mais...

Aperture_ecran_6_1Entrons dans le vif du sujet : Comme nous l'avons déjà écrit, Aperture est potentiellement très prometteur... Mais il faudra attendre une version plus évoluée avant d'y passer dans le cadre d'un véritable flux de production. Soyons objectifs : en ce qui ME concerne : Aperture est INUTILISABLE au jour d'aujourd'hui et je déconseillerais à tout professionnel d'utiliser cette version 1.0 en tant qu'outil principal.

Comprenez que Photoshop et iView Media Pro restent indispensables... La question se pose d'ailleurs de savoir à qui Aperture fera de l'ombre, le jour ou il sera complètement au point... Commençons par y répondre.

Sur quel terrain attaque Aperture ?

Adobe n'est pas trop inquiet concernant l'avenir de Photoshop : il reste évidement irremplaçable et disponible autant sur Mac que PC, ce qui n'est pas un mince avantage ! Espérons (en passant) que la possible montée en puissance du logiciel d'Apple ne décourage jamais Adobe de développer Photoshop sur Mac (comme cela a été le cas avec Premiere concurencé par l'excellent Final Cut Pro), cela serait une catastrophe et un bien mauvais tour joué par Apple aux graphistes et photographes ! Officiellement, Aperture ne concurence Photoshop que sur le Bridge et Adobe Camera Raw... Mais c'est la "ligne du parti" comme on dit, et vous lirez (en partie 3) que l'on peut avoir une toute autre opinion !

Une considération sur "Adobe bridge" tout d'abord, qui mériterait d'être très sérieusement améliorée pour véritablement répondre à nos besoins. Lorsque l'on voit les progrès d'iView ou la table lumineuse d'Aperture, on peut espérer que l'arrivée d'un nouveau concurent aussi innovant, oblige Adobe à se "bouger un peu les fesses"... Quand à "Adobe Camera Raw", il conserve par contre beaucoup d'avance en terme de fonctionnalités (et même d'ergonomie) comme nous le verrons...

Au delà d'Adobe, Aperture attaque de front tous les derawtiser (Nikon Capture, C1 de Phase One, entre autres)... Seul l'avenir nous dira si Apple se donne les moyens de cette ambition. Pour l'instant il semblerait qu'Aperture ait encore beaucoup de chemin à faire face à ces ténors du RAW qui bénéficient de longues années d'expérience dans le développement d'algorithmes de dématriçages très sophistiqués... Un avantage irremplaçable ! On sait en effet qu'il y a de bons... et de mauvais dérawtisers ! Aujourd'hui, je ne porte encore aucuns jugements sur Aperture dans ce domaine (mais ça viendra)... Je vous engage à jeter un oeil à cette page du site de Gilbert Volker, qui (bien que pas récente) à l'avantage de bien montrer les différences entre les ténors du marché.

Enfin les catalogueurs d'images que sont iView et Portefolio sont également mis en danger par Aperture. Mais les fonctionnalités de cette version 1.0 sont encore très en retrait de celles d'iView par exemple... Le  danger n'est donc pas immédiat !

Aperture_ecran_4_1Comment séduire les pros ?

Nous ne sommes pas encore entrés dans le vif du sujet, que déjà nous avons compris qu'il ne sera pas facile d'imposer Aperture sur le bureau des photographes chevronnés : le magnifique emballage marketing et l'interface efficace ne suffiront surement pas... De plus, tous les photographes ne travaillent pas sur Mac !

A ce propos : pourquoi ne pas imaginer Aperture tournant un jour sur PC ? Déraisonable ? Peut-être pas, lorsque l'on se rappèle l'existence de la "Yellow Box" qui permettait de faire tourner les applications neXt sur PC. Récement cette  "Yellow Box" a refait parler d'elle sur le forum de Macgeneration sous le nom de code "Dharma"... Rêvons un peu ! Ce serait une étape importante à franchir, si Apple souhaitait séduire tous les photographes. Rappelons que iView n'est devenu vraiment populaire que lorsqu'il a été connu - aussi - sur PC.

Premiers (petits) soucis...

Mais passons - enfin - aux choses sérieuses et commençons par l'importation des images. Nous avons déjà vu qu'à partir d'une base iPhoto tout se passe à peu près bien. Là ou les choses se gâte, c'est lorsque l'on veut intégrer à sa base Aperture des RAW existant déjà sur notre disque dur et comportant des annotations : et bien celle-ci ne sont pas systématiquement importées comme cela à été remarqué en commentaires sur la première partie (je ne sais pas encore si c'est accidentel ou systématique). Certes une solution de remplacement (Annoture) existe déjà et l'on en parle un peu partout sur le net (ce qui prouve bien qu'il y a un vrai soucis à ce niveau)... Mais avouez : ça la fout mal tout de même ! D'autant que les problèmes d'annotation continuent lorsque l'on cherche à exporter ses images dans photoshop (mais nous n'en sommes encore pas là...) !

Aperture_import_1

Importez ! Il en restera toujours quelque chose...

Pour revenir à l'importation, on a droit à une petite animation gadget lors de l'apparition de la fenêtre de navigation... Et une double-flèche bien visible nous prend par la main pour nous montrer : d'oû l'on importe (de quel dossier physique) ; et vers quel projet (dans le logiciel)... C'est bien vu et ça aidera les débutants... Mais la navigation servant à désigner le dossier source est obligatoirement faites par colonnes rangées par nom. J'ai toujours détesté ce mode de présentation qui est bizarrement très apprécié des débutants (peut-être car l'arborescence reste alors très compréhensible). Bon... C'est pas très génant, mais j'aurais aimé aranger ces colonnes dans un ordre éventuellement différent (dates de modification, taille, ect)...

Une fois choisi le dossier source, les images apparaissent en listes ou par icones que l'on peut ranger par nom, par taille, par dates, ce qui est très, très bien... (c'est d'ailleurs plutôt mieux foutu que chez iView Media Pro qui a pourtant pas mal progressé sur ce point en version 3.0.1). On peut même agrandir les preview en mode icone jusqu'a environ 300 ou 350 pixels... A ce moment vous pouvez expérimenter pour la première fois l'extraordinaire fonction "stack" qui est très appréciable (CF capture d'écran et le "stack" :  _IM_2628 comportant 7 images). A l'aide d'un petit curseur, on règle le délais minimal séparant deux images devant faire partie du même "stack"... Selon moi, c'est une des grandes idées inovantes d'Aperture (reprise dans la version 3.0.1 de iView, en beaucoup plus basique dans les "jeux", mais très utile quand même). Ensuite un petit click permet de deployer ou de regrouper le "stack"...

Mais pourquoi des extentions de fichiers masquées ?

Mais mon enthousisme est refroidi au moment de choisir quelques images à importer : il m'est soudain TRES desagréable de constater que les extentions de fichier sont masquées (et je n'ai pas vu d'option pour les faire réapparaitre)... Est-ce un bug ? C'est très très embêtant et rien ne peut justifier raisonnablement ce manque ! Comment distinguer un RAW, d'un DNG, d'un JPEG ? Du coup et dans le doute je suis obligé d'importer tout le "stack" (JPEG compris) ! L'extention est cachée même si l'on appui sur la touche "t" qui permet d'avoir tous les détails du fichier dans un élégant "pop-up" (il y a une fonction identique dans iView avec la touche "?" que l'on peut paramètrer dans les préférences). Etonnant et regretable ! D'autant que une fois les images importées dans le projet, les extentions sont revenues...

Annoter lors de l'importation ? Possible, mais il y a mieux...

Toujours au stade de l'importation des medias il est possible (et très conseillé) d'annoter vos images (mots-clefs, champs IPTC, Légendes que l'on affinera plus tard...). Une fonction de complément automatique de la frappe permet de gagner du temps, c'est déjà ça... Mais Aperture est à ce moment complètement ridiculisé par iView Media Pro qui vous donne l'opportuniter d'appliquer très simplement des "groupes d'annotations" préalablement définis ou que vous pouvez créer à ce moment. Quand on a goûté à cette façon de travailler, il est tout simplement impossible de s'en passer... Irremplaçable : que l'on travail seul et plus encore dans le cadre d'une petite agence ou photothèque regroupant plusieurs photographes (précisons au passage que Aperture est génétiquement inadapté au travail de groupe).

IView Media pro reste le champion incontesté des annotations

Iview_import_anotationsExplications : On le voit bien à droite, sur cette copie d'écran du dialogue d'importation de iView : J'ai choisi le groupe d'annotations "Hong-Kong". Comment cela se passe-t-il ? Je prépare un groupe de base par Photographe qui comprend son nom, son adresse mail, postale, téléphone, URL, crédits, légendes (dans laquelle il est conseillé de rappeler le crédit), ect... La liste est longue et exhaustive (en tout une trentaine de champs dont une dizaine fortement conseillés) ! J'ai ainsi un groupe appelé "Vibert-basique"... Ensuite j'en fait une déclinaison par pays ou par thème ; par exemple : un groupe appelé "Vibert-Chine" comprendra en plus des metadata propres au photographe, des mots clefs concernant la Chine en générale...

Ensuite je peux en faire autant de déclinaisons que nécessaires (villes par villes ou sujets par sujets) que je peux nommer : "Vibert-Chine-Hong-Kong" qui ajoutera les infos propres à Hong-Kong, ou encore "Vibert-Chine-Nouvel an chinois", ect... Vous avez pigé ?

Annotes des dizaines de champs en 1 seul clic...

Aperture_importe_anotationsC'est absolument génial et complètement irremplaçable ! En un seul clic vous appliquez au moment de l'importation plusieurs dizaines de champs IPTC (et pas seulement ni obligatoirement IPTC d'ailleurs)... Voilà une fonctionnalité à ajouter impérativement à la version 2 de Aperture et qui justifie à elle seule - d'ici là - de préférer iView pour son travail d'annotation... Mais il y a tellement d'autres bonnes raisons de choisir iView si vous saviez... En attendant, vous pouvez voire à gauche une copie d'écran du dialogue d'annotation extrèmement basique proposée lors de l'import d'Aperture : une misère non ? ... Désolé de cette sévérité mais c'est ICI que l'on gagne du temps lorsque l'on est professionnel (depuis 4 ans que je me tape des scéances d'anotations, vous pouvez me faire confiance)...

Alors que dans le même temps un grand soin a été apporté par Apple aux fonctions de renommage des fichiers (dans iview c'est aussi très en progrès dans la dernière version)... Ce qui m'est - personnellement - complètement inutile ! Au risque de vous surprendre, depuis 4 ans, je ne renomme aucuns fichiers, c'est une perte de temps absolue , un réflexe de débutant ! Car toute recherche repose exclusivement sur les metadatas... Tout juste, j'ajoute un petit sufixe de temps en temps, du genre :  "_IM6974_modif.jpeg" ou "_IM8569_client.jpeg ... Et c'est très bien ainsi !

En fin de compte : pas si facile à prendre en main !

Désolé, je m'arrête là pour ce soir, et je ne vais pas vous donner immédiatement les détails des nombreuse opérations et tests effectuées ensuite... Car je dois avouer que j'avance plutôt lentement avec Aperture... Je vous en dirais plus dans une troisième partie à venir en 2006 ! Les choses ne sont pas évidentes avec ce logiciel et l'on va de surprises en surprises... Pas toujours bonnes  d'ailleurs ! Par exemple il n'existe pas d'outil courbe... Un manque évident qui n'est pas ABSOLUMENT pas remplacé par une version plus avancée de l'outil niveau. Celui-ci donne accès à 5 points de contrôle : intéressant et novateur, mais pas suffisant (et de loin) lorsque l'on a besoin de réglages très fins sur les hautes ou basses lumières... L'outil courbe est irremplaçable !

Entendons nous bien : il ne s'agit pas de pleurer la disparition de tel ou tel outil auquel on aurait été habitué et de refuser de s'habituer à une nouvelle façon de travailler (comme cela a été écrit en commentaire)... Il s'agit de répondre à des fonctionnalités très basiques (en l'occurence gèrer la dynamique des hautes ou des basses lumières). Plusieurs outils différents peuvent répondre à ce besoin précis et les photographes ne demandent qu'à apprendre à se servir de nouveaux outils. Photoshop propose à chaque version, de meilleurs outils parfois redondant qui répondent un peu mieux chaque fois à quatre ou cinq fonctionnalités toujours les mêmes. Avec son nouvel outil niveau, Apple ne parvient pas à répondre à une fonctionnalité de base que seule l'outils courbe peut gèrer. C'est tout  ! Et c'est vraiment dommage... Et croyez bien que je ne suis pas du tout "conservateur" figé dans mes vieilles habitudes : le temps passé à explorer cet Aperture le prouve ! Je suis le premier à me précipiter vers les nouveaux outils pour les essayer et les adopter si ils présentent des progrès significatifs (ce qui est très souvent le cas)... J'ai testé toutes les version d'OSX à partir de la béta, avant de déclarer finalement le 10.2 bonne pour le service !

Pour commencer : beaucoup de regrets et de points négatifs...

Arrivé à ce point de mes investigations, je peux déjà lister un certain nombre de points négatifs (les points positifs arrivent ensuite), dont certains pourraient s'avèrer très génant dans le cadre d'un travail au quotidien :

  • La nécessité d'une machine ultra puissante (cela s'arrangera progressivement en 2006 avec les Macintels), on en a déjà parlé beaucoup. En fait, ce n'est pas vraiment un défaut, plutôt un domage colatéral ; un pari sur l'avenir qui malheureusement met de côté certains utilisateurs (dont moi)... Mais le problème va au delà de ce que l'on imaginait : par exemple la lenteur du rafraîchissement des images rend le soft absolument inutilisable sur mon Powermac agé d'un poil plus d'un an (bipro G5 à 2ghz avec 2Go de ram, une carte ATi de 128 mo et des disques dur haut de gamme). Le pauvre est pourtant déclaré apte par Aperture Checker. Ma machine est juste bonne pour tester le logiciel, mais absolument pas pour travailler avec...
  • Tant qu'il n'y aura pas de version PC, Aperture ne pourra pas devenir un standard à l'image de Photoshop ou iView. Mais l'avenir pourrait être surprenant... Je suis certain que le monde Apple va être complètement chamboulé dans les 3 ou 4 ans à venir avec l'arrivée d'Intel.
  • Aperture_pref L'obligation de stocker tout son travail dans une UNIQUE library Aperture situé par défaut dans le dossier Pictures. Il est heureusement possible de "délocaliser" cette library en passant par les préférences (zoomez sur l'image de droite), mais pas de la répartir sur plusieurs disques... (on y reviendra en partie 3)
  • L'obligation pour sauvegarder son travail de passer par la fonction "vault", même s'il y a du bon, c'est globalement très rigide... Cette question est traitée en détail dans la partie 3
  • L'interface est efficace à quelques détails près : une taille de police de caractère huit, un peu juste pour les yeux de plus de 40 ans (ce n'est pas encore mon cas) et surtout que l'on ne peut changer (dans la version 1.0 du moins)... Quelques manques : comment connaitre le pourcentage de zoom de la loupe ? Loupe qui est très cool par ailleurs, mais ne zoom pas assez fort... Si cette possibilité existe, je ne l'ai pas trouvé... Il manque également un petit curseur disponible sous la souris pour varier le grossissement ! Décidement l'interface d'Aperture s'éloigne des standards Mac (je pense que c'est propre à cette version 1.0 encore un peu verte)... Reste enfin à ajouter une vrai personnalisation des espaces de travail façon Photoshop ou iView...
  • L'impossibilité de fermer les différentes fenêtres à la souris (il faut se rappeler du recourci clavier ou passer par le menu), cela aurait été si facile de mettre un petit bouton dans les palettes comme c'est le cas dans tous les logiciels (à commencer par iView ou Photoshop)... Ce n'est pas très, très, Mac tout ça ! Cela me rappèle beaucoup les errements (sois-disant les innovations) ergonomiques des premières versions d'OSX (progressivement corrigées au fil du temps)...
  • Une lenteur certaine lors des anotations en lots... Mais je dois encore expérimenter ce domaine (à suivre). C'est assez embêtant de l'avis général, car c'est vraiment le coeur de notre métier de photographes (encore plus important que les fonctions de retouche). Je rappel également l'absence des groupes d'annotations dès l'importation (développé plus haut)... MAJ : Apple aurait prévu d'améliorer cela rapidement.
  • Pas d'outil courbes. Et si c'était un choix délibéré d'Apple pour protèger le retoucheur masqué de... lui même ? Naaaann, j'déconne ! Parceque (entre parenthèses) : l'outil courbe (vu sa puissance) est aussi le meilleur moyen de massacrer ses images si l'on ne sait pas s'en servir avec discernement ! Au delà de l'outil courbe, les fonctions de retouches d'Aperture sont vraiment trop limitées en générale... Pas de correction de vignetage, ni de distorsion... Encore moins de correction de l'abération chromatique ce qui pour un derawtiser est une... abération ! Tout ça est vraiment TRES, TRES, TRES FRUSTRANT car ces outils DOIVENT être appliqués sur les images RAW... Et non plus tard dans Photoshop (en 16 ou pire en 8 bits). Prenons le cas d'une image vignettée : à la fin du processus, vous obtiendrez de meilleurs résultats si vous l'avez corrigé en RAW dès le début dans Adobe Camera RAW (sans parler de dXo qui a ses fervents partisants)... Toutes ces fonctions basiques manquantes rendent le "workflow"  d'Aperture assez problématique pour ne pas dire inutilisable... Et paradoxalement beaucoup plus compliqué qu'avant, alors que le but était de simplifier ! On y reviendra en partie 3... Aussi voilà ma théorie : il ne me semble pas impossible que toutes ces fonctions aient été prévues dès le départ, mais retirées de cette version 1.0 à cause du manque de puissance des PowerMac et de leurs cartes graphiques... Parions que vous les verrez ré-apparaitre dans une prochaine version ! Car sans elles : Aperture ne sert pas à grand-chose !
  • Je n'ai toujours pas trouvé l'équivalent de la palette "infos" de photoshop (si elle existe dites moi ou) qui permet de savoir pour tel ou tel pixel (ou groupe de pixels) le niveau de RGB. Cas typique : si un blanc est constitué de 255, 255, 255, c'est irrémédiablement cramé. Si cet outil manquait réellement (et je crains que ce ne soit le cas), ce serait un oublie impardonable en vue de la préparation des images pour l'impression... Il existe une fonction d'affichage des zones sur ou sous exposées comme dans tout éditeur d'image, mais pas de "pipette" pour obtenir des détails... Et bien ça : ça craint !
  • Pas d'historique... C'est assez déstabilisant, mais en même temps ça s'explique puisque toutes les interventions faites sur les images peuvent être modifiée à tout moment, ou que l'on se trouve dans Aperture. Encore moins de "forme d'historique" par conséquent... C'est pourtant une fonction tellement géniale que lorsque l'on y a goûté, il devient pénible de devoir s'en passer (comprenne qui pourra)...
  • Des outils de debruitage et de renforcement beaucoup trop basiques (sur une seule couche alors que l'on sait bien que le bruit est inégalement réparti entre les couches) pour un usage professionnel qui rendent le passage par Photoshop obligatoire.
  • Des histogrames - apparement - toujours lissés ( ! ) qui masquent les trous d'une image maltraitée (comprenez : ils ne renseignent pas sur les dégradations d'une image suite à des manipulations subies dans un autre logiciel). Ceci serait très grave si cela se confirmait (je dois mener quelques test suplémentaires)... C'est un peu comme si un styliste utilisait un metre élastique pour vérifier votre tour de taille !

  • Une qualité de RAW déjà très discutée sur le web. Je n'ai pas fait encore d'essais très pointus mais les premiers échos sont vraiment très inquiétants. Ce n'est pas un "petit" problème que l'on corrige facilement... Je ferais mes propres essais dès que possible, mais au vu des essais publiés par plusiers sites, le problème serait lié à l'apparition d'artefacts et de bruits disgracieux dans les parties sombres des images.
  • L'impossibilité d'exporter en DNG alors que ce format semble être une solution à la prolifération des formats RAW propriétaires. Lire à ce propos ceci : Openraw.org. Visiblement Apple ne joue pas l'ouverture, cela renforce un peu a désagréable impression (exprimée plus bas) qu'Aperture est un piège à photographe...
  • Des problèmes de synchronisation entre images et vignettes. Cela se fait "au petit bonheur" et l'on ne peut demander comme sur iView : "reconstruire les apperçus"...
  • Un nombre de formats RAW encore bien en deça de ce que propose Adobe Camera Raw et quelques soucis d'importation (parait-il) avec le format DNG... J'en profite pour rappeler ici que si votre appareil n'est pas supporté, vous pouvez toujours tenter de convertir ses RAW en DNG grâce au petit outil gratuit fourni par Adobe : DNG Converter...
  • Aucun support des images en CMJN. Moi ça ne me gène pas trop, mais j'en connais pour qui ce manque est rédhibitoire et rendra l'indexation de leurs stock par iView Media Pro inévitable... Les images en mode LAB ne seraient pas supportées elles non plus (pas testé).
  • Une architecture ne laissant pas de place aux "plug-in" externes (du moins en version 1). Aperture deviendrait un vrai Photoshop Killer si chacun pouvait lui ajouter les fonctions qui lui manque, pour en faire un logiciel à la carte !
  • Il y a beaucoup de racourcis claviers et c'est très bien ! On aimerait d'ailleurs beaucoup disposer d'un clavier tout en couleurs comme ils existent sur mesure pour Final Cut Pro (rêvons un peu). Mais il est impossible de créer ses propres racourcis comme avec Photoshop (et je peux vous dire qu'en terme de productivité, on ne peut s'en passer lorsque l'on y a goûté)...
  • Il ne semble pas exister de gestionnaire de vocabulaire comme c'est le cas pour iView afin de contrôler les fonctions de compléments automatique de frappe des annotations.
  • Compte tenu de ces limitations, des nombreux bug dignes d'une "beta publique" et de l'obligation d'acheter Photoshop et iView : le prix de 499 euros est excessif...

Aperture_ecran_7_1


Pour continuer : innovations marquantes et bonnes surprises

Maintenant listons aussi de bonnes (et très bonnes) choses qui font espérer beaucoup d'une version 2... Il y a fort à parier qu'Aperture subira de profondes évolutions d'ici un an :

  • La préservation systématique des originaux et la possibilité de multiplier les versions d'une image sans encombrer son disque dur (ni être encombré visuellement grâce aux "stacks", mais cela n'a rien à voire). Cette caractéristique explique et excuse l'absence de calques et de calques de réglages. la préservation des originaux est l'idée de base du logiciel, l'idée géniale qui justifie son existence (on en a déjà parlé)... C'est la force mais aussi la faiblesse d'Apperture (beaucoup de ses limitations viennent de ce parti pris très avant-gardiste)... On peut espérer qu'avec la montée en puissance des machines ces limitations disparaissent progressivement. Mais il faut faire aussi la part du marketing, en n'oubliant pas que la plupart des derawtisers n'altèrent également en aucuns cas les RAW originaux et que Photoshop préserve également vos images avec les "calques de réglages" à partir du moment ou vous conservez vos fichiers en PSD (ce qui est un poil plus lourd certes, mais toujours moins que de dupliquer son stock de photo en l'important en totalité dans Aperture)...
  • Une caractéristique qui découle du point précédent : vous pouvez modifiez vos images à tout moment quel que soit l'endroit ou vous vous trouvez dans le logiciel. Que vous soyez en train de créer une page web, préparer un book ou sur la table lumineuse en train de comparer plusieurs images, vous pouvez intervenir dessus...
  • L'interface en générale : la loupe innovante (mais très perfectible). L'idée des "stacks" est très intéligente et très pratique. On sent qu'Apple à étudié les photographes en train de travailler, je me revois il y a seulement 4 ans sur une grande table lumineuse (qui prend maintenant la poussière), en train de faire des petit tas de diapos, toutes étant une déclinaison d'un même sujet ou une seule séquence... Les "stacks" sont une analogie virtuelle très intelligente de cette façon de travailler.
  • Une table lumineuse exceptionnelle que l'on peut répartir sur plusieurs écrans (je supose que cela marche avec TOUS les écrans), à condition de possèder une carte graphique de course... Voilà qui séduira sans doutes pas mal de gogos (j'en connais quelques uns), qui se précipiteront pour acheter : un Powermac + Aperture + deux écran Apple... Et penseront d'un coup maîtriser l'image numérique (sans savoir qu'il faut se méfier des écran Apple quand on fait de la colorimétrie sérieuse)... Mais bon, ceci est une autre histoire : c'est ça le marketing !
  • Des palettes flotantes pratiques appelées HUD (Heads-Up Display). Quelques outils efficaces, par exemple l'équivalent de tons clairs-tons foncés ou le mélangeur monochromatique... Très efficace également la correction en lot des taches de poussières  : un progrès important dont devraient s'inspirer Photoshop et iView qui ne proposent aucunes fonctions équivalentes... Et pourquoi pas les fabriquants d'appareil photos qui pourraient intégrer cette fonction automatiquement dans leurs boitiers ! Merci Aperture...
  • L'outil "Lift" qui permet de récupérer toutes les corrections appliqués sur une image pour aller les déposer sur une autre... Domage que l'on ne puisse pas choisir les corrections à récupèrer : c'est tout ou rien (pour mémo, sur Photoshop on peut glisser un (ou plusieurs) calques de réglages d'une image à l'autre et c'est fort pratique)...
  • Une très inovante structure hiérarchique en dossiers et sous dossier pour les mots clefs. Par exemple : un dossier de mot clef nommé Chine comprends Hong-Kong, Nouvel-an chinois, jonques, ect...). Reste à vérifier sa compatibilité avec les divers standard du métier lors de l'export...
  • Un moteur de recherche efficace (du moins à la hauteur de celui de iView), mais c'est le moins que l'on attendait de la part de l'inventeur de Spotlight... Les résultats peuvent s'afficher dans des "smart album" équivalent des listes de lectures intelligentes de iTunes (on a l'équivalent dans iView en moins bien : ce sont les jeux)...
  • Un travail en tache de fond pour les tâche lourde que l'on peut surveiller dans la fenêtre "task list"...

Conclusion provisoire... (lire la Partie 3 pour unc conclusion définitive)

Ce logiciel est prometteur mais pas encore utilisable on l'aura compris... Basculer vers Aperture n'est donc pas du tout d'actualité. Mais cette question pourrait être (dans un an ou deux) lourde de conscéquences : car choisir Aperture, c'est un peu remettre son sort entièrement dans les mains d'Apple ! Une chose à laquelle nous n'avons jamais été obligé jusqu'alors, puisque tous nos travaux effectués depuis des années, peuvent être repris et édités aujourd'hui dans les version Mac ou PC de nos logiciels (de Photoshop, à Word en passant par Filemaker, X-Press ou iView...) ! Très flippant comme perspective ! Il est donc urgent d'attendre la prochaine version et de se tenir au courant ! Par exemple en explorant la page Aperture Support du site Apple...  Lire la suite : Partie 3


Prise en main d'Aperture : PARTIE 1 - PARTIE 2 - PARTIE 3


Update Ce soir, mise à jour d'Aperture en version 1.1 proposé par Apple à cet endroit ! This update is recommended for all Aperture users. Among the key areas addressed are:

- White balance adjustment accuracy and performance
- Image export quality
- Book and print ordering reliability
- Auto-stacking performance
- Custom paper size handling


Vous avez la possibilité d'essayer gratuitement la nouvelle version de Capture One (Phase One). Essai indispensable en paralèlle de Aperture pour savoir de quoi on parle...

Les pages en français qui traitent de ce soft sont encore bien rares, alors allez lire sur MacGeneration l'interview d'un dirigeant d'Apple France à qui nous parle d'Aperture... Les questions sont bien lisses, les réponses parfaitement formatées... et l'on apprend absolument rien ! Un peu domage.

Jean-Philippe Clavel vient de mettre en ligne une compilation PDF en couleurs des raccourcis claviers Aperture pour claviers Azerty (qwerty arrivera bientôt).


Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (57) | TrackBack

12/12/2005

Test complet d'Aperture (part 1)

Aperture_ecran_1 Alors ça y est ! Aperture 1.0 tourne sur mon Powermac (deux G5 à 2ghz avec 2Go de ram et une carte ATi de 128 mo), l'installation s'est passé assez vite et sans soucis. A l'issue de celle-ci, une fenêtre d'accueil me propose plusieurs options... Parmi elles, je choisi "importer bibliothèque iPhoto"...

 Oui vous avez bien lu... iPhoto ! Qui ne correspond pas à mes besoins et que j'ai tant critiqué ici ou (pour d'assez bonne raisons), d'aucun s'en souviennent et se souviennent aussi des empoignades passionnées en commentaires entre les pro et les anti...

Importation de ma iPhoto library !

Je ne l'utilise pas évidement, je lui ai préféré iView Media Pro il y a longtemps comme beaucoup de collègues photographes. Cependant, petit à petit je commence à comprendre (et admettre) qu'iPhoto puisse séduire les amateurs et répondre pas si mal que ça à leurs besoins... Voilà pourquoi j'entretiens une petite base iPhoto de quelques centaines d'images. A titre d'expérience, et aussi pour me tenir au courant de l'évolution de ce soft. Cela tombe bien cette library va me servir de test pour Aperture !

Aperture_ecran_2 Ma première pensée est pour ces nombreux photographes pas trop branchés informatique, qui ont opté pour la simplicité avec leur premier Mac et commencé avec iPhoto. Bonne nouvelle, pour eux pensais-je, leur iPhoto library va se transformer d'un clic en Aperture library... Aperture importe parfaitement les "rolls" et autres "album" de votre base iPhoto mais c'est au prix d'une duplication de la library iPhoto ! Pour un soft qui est censé nous faire économiser de l'espace disque cela est un poil dommage.

Mais bon, on peut imaginer qu'un partage d'une même base aurait été source de certains problèmes, voire impossible à réaliser... Ma petite iPhoto library de démo pesait 2,17 Go, quelques minutes plus tard ma nouvelle Aperture library en pèse 2,64. Il faudra donc penser (si vous savez ce que vous faites) à suprimer la première après votre switch pour allèger votre disque... Qu'en serai-t-il si je désirais demain gèrer via Aperture mes 700 Go d'images et documents PSD actuellement  catalogués par iView ? Et bien cela se ferait au prix d'un doublement de l'espace disque. Là, il y aura un hic, vu que les deux emplacements internes de mon G5 sont pleins ! Mais nous n'en sommes pas encore là...

Tout est caché sous le capot

Petite parenthèse à ce propos : Aperture est comme iPhoto un logiciel ou la mécanique est cachée sous le capot. C'est à dire que, une fois l'importation des images réalisée, vous ne vous préocuperez plus du tout de l'emplacement physique de vos images et devrez faire 100% confiance au logiciel. Une philosophie agréable et rapide pour un débutant, mais que j'ai refusé systématiquement jusqu'à présent et qui m'a toujours fait préférer iView Media Pro à iPhoto (c'est même le point noir de iPhoto pour une utilisation professionnelle). Ceci est un débat important sur lequel je reviendrais.

Une interface de luxe

Premiers contact avec l'interface : elle est très belle. Sobre, toutes en gris délicats, on se sent à l'aise  et Apple n'en à pas fait trop... J'apprécie que la place ne soit pas gaspillée à faire de gros boutons en reliefs au détriment de l'espace de travail, comme c'est le cas avec certains soft qui sous prétexte qu'ils doivent séduire des photographes deviennent rapidement anti-ergonomiques à force d'effets graphiques.  Cela dit, lors de mes premières minutes sur l'interface (faute peut-être de connaitre tous les racourcis claviers), je n'ai pas tout à fait la sensation de retrouver les démos ébouriffantes et autres vidéos de la conférence (à laquelle j'ai assisté début décembre), ou les photos rebondissaient dans tous les coins, et sautaient les unes sur les autres, un peu comme dans un dessin animé de Tex Avry... Finalement cela ressemble un peu à un catalogueur d'images... normal ! Et c'est très bien...

Un monstre de puissance !

Avant d'aller plus loin, il faut prendre conscience qu'une machine très rapide est nécessaire pour faire fonctionner Aperture, et en particulier du côté de la carte graphique. Cela exclu d'entrée de jeux beaucoup de Macs vendus par Apple depuis quelques années.

Aperture_ecran_5_1Pour savoir si le votre peut faire tourner Apperture, téléchargez cette petite Application : Aperture Checker. Et vous en concevrez - peut-être - une certaine déception en apprenant qu'il est nécessaire de possèder au minimum un Powerbook G4 à 1,25 ghz, ou un iMac ou PowerMac G5 à 1,8 ghz. Dans mon cas je ne pourrais donc pas l'utiliser en reportage sur mon PWB 12" vieillissant.

Alors en attendant mon prochain Laptop (MacIntel si je suis très patient ou PC si je suis impatient), iView a de beaux jours devant lui (du moins pour vider nos cartes)... Message aux développeurs d'iView : vous avez un répis certain pour optimiser votre table lumineuse qui devrait être en mesure d'afficher 8 images (ou plus) plutôt que 4 (actuellement), avec une possibilité de gèrer à la souris leur disposition et leur surface... Il est clair que l'arrivée d'Aperture place la barre très haut en ce qui concerne cette fonctionnalité indispensable (complètement absente de Adobe Bridge, petite remarque en passant, cela devrait leur donner des idées chez Adobe).

Aperture_ecran_3_2

 

Ce n'est que le début de l'aventure...

Aperture est donc conçu pour le futur (les machines du futur autant que les besoins du futur) et il faut admettre que la présentation à la-quelle nous avons pu assister à bluffé tout le monde... Les machines de courses utilisées étaient certes à la hauteur, mais il fallait bien ça : on a même cru percevoir un ou deux ralentissement lors de certaines opérations, en particulier lors de l'aller-retour d'une image de 140 Mo entre Aperture et Photoshop...  Cela montre bien à quel point Apple a anticipé la prochaine montée en puissance de ses machines professionnelles sur lesquelles Aperture sera autorisé à mobiliser des ressources très importantes pour faire des choses ambitieuses en terme d'affichage et de traitement par lot en tâche de fond... Dans cette optique, l'avantage d'Apple par rapport à ses concurents dirtects (Nikon, Phase One, iView, Portfolio, Photoshop...) est d'avoir facilement accès aux couches profondes du matériel et du système pour accèlérer son produit : un peu comme Microsoft le fait avec Office sur PC qui - il faut le reconnaitre - a toujours été plus fluide que sur Mac...

Bon passons maintenant à la manipulation du logiciel proprement dite. A lire ici : C'est pas gagné (prise en main d'Aperture part 2)...

Prise en main d'Aperture : PARTIE 1 - PARTIE 2 - PARTIE 3

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (23) | TrackBack

09/12/2005

Bientôt du nouveau concernant APERTURE...

Apperture J'étais ce matin à la conférence Apple à propos d'APERTURE ! Passionnant vraiment... J'y ai appris pas mal de choses intéressantes et je vous confirme que le bébé à un énorme potentiel ! Bon, mon idée était de vous faire un topo complet ce soir, et puis...

Nikon_811530153 Désolé, je dois remettre TOUT çà à plus tard, car j'ai entre-temps reçu une demande de photo pour un mag à l'étranger. Alors ce soir c'est Nikonscan (le LS4000 ronronne fort en ce moment), sélections en couches et calques de réglages, à donf !

Quelle horreur de devoir scanner quand on y pense... Et quel bonheur de pouvoir se passer de cette étape fastidieuse grace aux APN qu'ils soient réflexes ou pas ! Quand je découvre l'intitulé d'un mail qui me demande d'envoyer des images d'archives, je prie toujours pour que ce soit des images récentes (après 2001). Comprenez : shootées en numérique... Même avec le chargeur Nikon branché sur mon Powerbook dédié à cette tâche, scanner s'assimile à une vraie corvée ! Imaginez que j'ai 6 ans d'archives en diapos à re-scanner...

Aussi, je suis bien content de ne pas être né 10 ans plus tôt... 16 ans d'archives à scanner, cela serait insurmontable non ? En passant, je me demande bien à quoi ressemblera la photo dans 10 ans : Leica aura peut-être disparu, comme Agfa récement ? Et Canon nous proposera peut-être un Image Style permettant à notre EOS XD (tournant sous OSX 22), d'imiter parfaitement le rendu d'un summicron M 2/35 Asph ? Que dXo 10.1 permettra de corriger ? Ah ah...

Allez, j'y retourne... En attendant, et pour pour rigoler un peu allez lire ça : " Achetez moi la Pyramide du Louvre et envoyez-la à Cupertino ! " aurait exigé Steve Jobs "...

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (5) | TrackBack

01/11/2005

Aperture : patience, on bosse !

Indexkeywords20051025Après avoir épluché les infos disponibles sur le net (pour l'instant principalement en anglais), il semblerait bien qu'Aperture constitue une véritable révolution dans le traitement des RAW, des photos en général et même dans leur stockage. Je vous livrerais un petit pensum sur la question dès que j'aurais fais le tour de la question...

Une chose me semble tout particulièrement intéressante : les modifications appliquées aux images ne sont pas enregistrées en temps que telles dans les pixels (ce qui oblige à sauvegarder une version originale et pèse forcément très lourd et plus encore si vous désirez préserver différentes étapes du travail), mais plutôt à la façon des calques de réglages de Photoshop, et appliqués aux pixels uniquement si vous exportez l'image en dehors d'Aperture. Vous ferez ainsi des économies de disque dur...

C'est la véritable prouesse du logiciel. Moi qui vient de retoucher une trentaine d'images (seulement) scannées en 4000 pixels de large sur 16 bits avec de multiples sélections enregistrées en couche et de calques de réglage (le poids de certaines images dépasse le giga), je me retrouve avec un dossier pesant des dizaines de gigas à la fin ! Un cas typique qu'apperture gérerait avec beaucoup plus d'élégance...

Mais cette façon de travailler (nottament les RAW) entraîne malheureusement une conscéquence un peu inquiétante : le risque d'être pieds et poings liés au produit après quelques années d'utilisation n'est pas négligeable (comme c'est souvent le cas avec les produits Apple). Il semblerait en effet que tout le travail que vous ferez dans Aperture, ne pourra pas être exploité en dehors d'Aperture (y compris sur les mots-clefs et l'indexation ce qui serait un gros soucis)... Ce n'est rien de plus qu'une inquiétude de ma part pour l'instant, il faudra vérifier ce point mais je crois bien que l'on n'y coupera pas !

Posted by Actionreporter | Permalink | Commentaires (12) | TrackBack